seprator

Le « Hot Chicken »

seprator
07mars 2016
blog_shape

Encore moins jojo à la maison qu’au resto !

Penser à cuisiner un Hot Chicken (et surtout, ne pas penser à pourquoi se genre d’idée singulière m’est venue) pour faire plaisir à ses gars ! Utiliser le vrai consommé de « Saint-Hubert BBQ » pour être certain de faire plaisir à ses gars et même faire des frites juliennes « Cavendish » pour être bien certain de faire plaisir à ses gars ! Ne pas trop mettre de petits poids pour s’assurer que ses gars seront les plus contents du monde !

Olivier — Papaaaa qu’est ce qu’on mange ?

Moderne— (Tout sourire) Ce soir les gars, c’est du Hot Chicken !

***Se faire péter sa balloune.***

Olivier — Gnaaaa! On mange toujours ça !

***Se sentir soudainement une victime.***

Moderne— Oli, nous n’avons jamais même mangé ça du Hot chicken !

Olivier — Ben ouiii, je sais c’est quoi, mais moi pis j’aime pas ça !

***Garder son calme. Essayer de raisonner le grand garçon.***

Moderne— Comment peux tu dire que tu n’aimes pas ça. Tu n’y as même pas gouté et en plus… c’est du poulet !

***Se faire péter sa balloune… celle qui est déjà crevée !***

Olivier — Le poulet, j’aime pas ça moi lààààà !

***Garder son calme (prise 2).***

Moderne— En tout cas, quand nous sommes chez « Saint-Hubert BBQ », bien tu aimes ça le poulet ! Qu’est ce que tu penses qu’il y a dans les croquettes ?

***Tenter de changer le mood.***

Notamment en annonçant que la sauce de ce soir, bien, c’est la même qu’au St-Hubert, la vraie, celle avec le petit coq sur l’emballage !

Voir quand même son grand bonhomme s’asseoir en indien par terre, dos à soi et faire du gros boudin parsemé de sanglots non crédibles et maladroits !

Se faire littéralement grimper dessus par l’autre rejeton qui a senti l’odeur des frites et qui se peut plus !

Alex — Pa paAaaa gne gne Fi… Fiiiii iiiiii !

Prendre son petit dans ses bras et essayer de préparer les assiettes d’une main.

Beurrer le comptoir et se sentir déséquilibré par le petit qui essaie désespérément d’agripper une frite ou deux.

Faire une dernière tentative de convaincre le plus grand que c’est super bon du Hot Chicken.

Échouer.

Se sentir soudainement désabusé.

Faire une tentative pour mettre la table avec le petit dans les bras et le boudeux par terre en travers du chemin.

Recevoir un coup de patte de 2 ans sur le bord de l’assiette de Hot Chicken que tu viens de finir de préparer d’une seule main !

Voir l’assiette, au ralenti, se balancer d’un bord, pis de l’autre…

Devoir faire un choix entre le petit et l’assiette de Hot Chicken !

Prendre ses responsabilités parentales.

Abandonner l’assiette aux forces de la gravité.

Constater avec dégout le dégât tout en lâchant une série de patois qu’évidemment la mémoire sélective, mais très éponge du plus grand retiendra !

Entendre le plus vieux dire en regardant le gâchis par terre :

Olivier — Ahhhh c’est çaaaa du Hotticken!!? Cooooool.

Pogner le fixe.

Ramasser.

Finalement…, réussir à asseoir toute la tribu.

Prendre une bouchée l’air absorbé et vide.

Grimacer.

Se faire une note mentale que du Hot Chicken bien c’est encore moins bon à la maison que ça ne l’est au resto !

Moderne— (Nuage)…

blog_shape
comma_first
À lire... Le Hot Chicken...

Leave a Comment

Archives

shape
Les chroniques d'un homme moderne