seprator

L’enfant tyran

seprator
25février 2016
blog_shape

Ou le parent sujet

Apprendre, c’est un mal nécessaire pour les grands (nous) et les petits tyrans (eux) de ce monde. Mais ne trouvez-vous pas qu’aujourd’hui le développement des aptitudes et des connaissances de nos petits suit une drôle de direction ? Des fois, Moderne a cette d’impression que bientôt, la réflexion aura disparu au profit d’un monde rempli d’individualisme, sans passé, insouciant de l’avenir, purement égoïste du présent et simplement efficace ! C’est l’âge de l’éducation pragmatique… Ça prend des boulons pour la machine… faisons des boulons ! Dès lors, il ne faut pas se surprendre si l’intérêt de nos petits pour le monde se limite de plus en plus au superflu que la société leur projette !
Moderne — Salut Olivier !

Olivier — Tiens papa, un dessin !

Moderne — Merci Oli… Heuuu…, salut Olivier !

Olivier — Quoiii, je t’ai entendu !?

Moderne — On dit « Bonjour papa » !

Olivier — Alllo (l’air comme découragé) !

Vous voyez, dans cette scène, on entrevoit la faillite de notre système d’éducation : l’enfant, devenu tyran, n’a que faire des bonnes manières à l’égard de ses parents devenus ses propres sujets… alors que la transmission du savoir devrait faire partie intégrante d’une éducation citoyenne. Elle offre maintenant à ces « enfants-rois » le choix d’être ce qu’ils ne devraient pas encore être ! Comme disait Socrate : « Notre jeunesse est mal élevée. Elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d’aujourd’hui ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce. Ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais. » […] « Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans ».

Olivier — Qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

Moderne — (Nuage)… C’est drôle comme depuis trois ans… c’est toujours la même question que tu me poses dès les premières secondes où tu me vois !

Olivier — ?!? Ouin pis, on mange quoi ?

Moderne — (Nuage)… Ta main !

Olivier —Gnààà pis je te gage que tu vas me dire de garder l’autre pour demain ?

Moderne — Ouais !

Olivier — Non sérieux papa, on mange quoi ce soir ?

Moderne — Oli, à quoi ça te sert de savoir ce qu’on va manger puisque de toute façon tu vas manger exactement ce que je vais te mettre dans ton assiette !

Olivier — Ben je veux savoir si je vais aimer ou pas ce qu’on mange ce soir ?

Moderne — Le seul moyen de le savoir, c’est de le goûter !

Olivier — Ben non, si j’aime pas ça je le goûterais pas !

Moderne — Comment peux-tu dire que tu n’aimes pas si tu n’as pas goûté ? Et puis très sincèrement, que tu aimes ou pas ce que je te sers, tout ce qui compte pour moi c’est que tu le manges !

Olivier — Gnààà t’es comme ton père !

Moderne — ?!? Comme mon père ?

Olivier — Oui, ton père, il te forçait à manger ce que tu n’aimais pas !

Moderne — Non non Olivier, mon père m’incitait à développer mes goûts en profitant de la période de temps où j’étais sous sa légitime juridiction pour m’empêcher de contester ce qui se trouvait dans mon assiette ! Résultat : aujourd’hui, j’aime tout et peu importe ce qu’on me sert, je le mange, c’est poli, santé et la marque d’un grand homme !

Olivier — ?!? C’est quoi sa létimine diction ?

Moderne — Sa légitime juridiction ! Sous son contrôle… c’était mon père et quand mon père disait « Tu manges », c’était… tu manges… point à ligne !

Olivier — De toutes les façons c’est même pas vrai que tu manges tout ?

Moderne — Si…, je mange tout ce qu’on me met dans l’assiette…

Olivier — Mais tu ne manges pas d’asperges…

Moderne — Ahhh bien c’est que les asperges, ça me rend malade ! Donc je ne peux pas les manger !

Olivier — Bien moi c’est pareil, avec les olives, les oignons, les tomates cuites, ta viande que je dois mâcher pendant longtemps et les champignons !

Moderne — (Nuage)… Non c’est pas pareil…

Mais où est passé l’esprit de découverte que les enfants devraient avoir… Goûter, toucher, évaluer… Comment se fait-il que les enfants s’entassent dans des carcans qu’ils revisitent sans cesse… ce film qu’ils écoutent en boucle au point d’en connaître les répliques par cœur, ce mets qui goûte la même chose et qu’ils souhaitent chaque soir… D’ailleurs, un archéologue a découvert dans la mer méditerranée une poterie portant cette inscription : « Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui seront incapables de maintenir notre culture ». Moderne a quasiment l’impression que cette affirmation est juste !

Moderne — (En embarquant dans l’auto) Bon, assez sur le repas ! Dis-moi c’était comment aujourd’hui à l’école ?

Olivier — Normal !

Moderne — Normal ?

Olivier — Oui normal ?

Moderne — Bien c’est quoi normal ?

Olivier —Bien c’est normal, comme normal, je le sais pas moi ?

Moderne — (Nuage)… Et qu’est-que tu as fait, qu’est-ce que tu as appris ?

Olivier — ben… des choses là !

Moderne — !?! Des choses ?? Quelles choses ?

Olivier — Bien des choses là ! Je le sais pas moi ? Je m’en rappelle plus !

Moderne —!?! Tu ne t’en rappelles plus ?

Olivier — Gnààà j’ai pas le goût d’en parler !

Lorsque soudain, me vient une idée de génie pour chasser cette évaluation philosophique négative que je suis en train de faire…

Moderne — (En arrêtant la voiture et en me retournant vers la banquette arrière) Oli, j’ai une idée !

Olivier — Quoiiii (l’air presque effrayé) !

Moderne — Ce soir c’est toi qui décide !

Olivier — Moi qui décide quoi ?

Moderne — Ce que l’on mange, ce que l’on fait, comment on le fait !

Olivier — (L’air songeur) Ça sent le piège ton affaire !

Moderne — (Nuage)…

Olivier — Tu vas me dire que je décide,… mais tu vas me donner des choix que j’aime pas !

Moderne — Non non, Oli tu choisis… seulement ce que tu choisis… c’est des choses que tu n’as jamais faites ou goûtées !

Olivier — Gnààà exactement ce que je disais… !

Moderne — (Nuage)… mais arrête un peu… essaye !

Olivier — Ok, ce soir on mange du spaghetti et on écoute le hockey !

Moderne — ? Heuu ce n’est pas pas vraiment des choses qu’on n’a jamais fait ça !

Olivier — Si, on va manger du spaghetti avec ta sauce mais sans champignons, pis le hockey tu vas me laisser l’écouter jusqu’à la fin de la deuxième période… et pour faire différent bien on va l’écouter en anglais !

Moderne — (Nuage)…

blog_shape
comma_first
À lire... L'enfant tyran !

Leave a Comment

Archives

shape
Les chroniques d'un homme moderne