seprator

Les chroniques d’un homme moderne sont de retour…

    seprator
    15février 2016
    blog_shape
    Moderne - Oyez, Oyez (Nuage…)!

    Bon, je m’énerve déjà !

    Alors voici la nouvelle mouture du répertoire des « chroniques d’un homme moderne » ! J’espère que ces lectures vous permettront de crever un peu le quotidien et de rire de la parentalité au masculin !

    Bonne lecture !

    p.s.: Le site est divisé en répertoire qui vous permet de consulter les chroniques rattachées à différentes époques ! Vous y trouverez des chroniques appartenant à l’ère matrimoniale, l’âge monoparental, l’époque recomposée ainsi que celles relevant des temps troubles ! Chacune de ces époques comporte également un petit texte qui la résume.

    Vous avez également accès à une section apportant des précisions sur les personnages, histoire d’imager un peu votre lecture !

    08mars 2016
    blog_shape
    Trop compliqué pour un sous titre…

    On dit que c’est le meilleur jeu pour le développement du sens de la créativité… sauf que… c’est toujours les parents qui construisent!

    Profiter d’une pause dans notre vie reconstituée, sans la présence des éléments familiaux recomposés, afin de s’occuper, exclusivement, de la progéniture que j’ai si vaillamment contribué à la fabrication.

    Constater avec désarroi l’errance désabusée à laquelle s’adonnent mes enfants, parmi les jeux et jouets qu’ils possèdent !

    Olivier —Papaaaaaaa ?

    Moderne —Hummm ?

    Olivier —Je sais pas quoi faire !

    Moderne —Ben voyons !

    Alex —PapÀaaa ? On va ti déhols avec la canne à pêche et les patins !

    Moderne —Dehors Alexandre… De-hors pas dé-hols!

    Alex —Déhols ?!

    Moderne — (Nuage)… Il fait -12 dehors ! Vous ne pouvez pas vous trouver un jeu à l’intérieur non ?

    Olivier —Gnààà c’est plate !

    Moderne —Bien là, vous avez vos bonshommes de «Star Wars», vos petites autos «Cars», la collection complète d’«Histoire de jouets», des livres, des casses têtes, je ne sais pas moi ? Tiens, faites-vous une cabane avec les draps et les coussins !

    Olivier —N’importe quoi !

    Alex —Ouuuui! Une cabane papÀaaaa… déhols !

    Moderne — (Nuage)…

    Olivier — (soupir)…

    Alex —Une cabane papÀaaa ?

    Olivier —Alex vas-tu faire une sieste ta l’heure ?

    Moderne —Va t-il Olivier ! Va t-il ! Pas vas-tu et en plus, on dit plus tard pas ta l’heure ! Pour répondre à ta question, oui il va faire une sieste! Mais écoute-moi bien là ! Je sais très bien pourquoi tu me demandes ça !

    Olivier —Non non ce n’est pas parce que je veux jouer à la X- Box !

    Moderne — (Nuage)… Ben voyons Oli, arrêtes d’essayer de m’en passer des ptites vites !

    Olivier —Petites !

    Moderne —Quoi petites ?

    Olivier —Tu as dit p’tites ! C’est petites, qu’il faut dire !

    Moderne — (Nuage)…

    Alex —On va ti faire une cabane papÀaa ?

    Moderne — (Nuage)… C’était une suggestion Alex, juste une suggestion (faut quand même pas me prendre au pied de la lettre) !

    Soudainement une éclaire de génie traverse l’esprit de Moderne! Légos ! Peut-être est-ce par culpabilité (celle de ne pas avoir monté ces magnifiques cadeaux d’Auré-Louis) ou encore par pure bravoure (parce que calvaire… l’expérience Légos peut être pénible pour Moderne), mais ce bac de lego «Star Wars», rempli de modèles non complétés ou encore défaits lors d’une bataille sidérale dans l’un des trois salons où Moderne et sa progéniture ont trainés au cours des 18 derniers mois, interpelle l’esprit du moment.

    Moderne —(Tout bas) Et si on faisait l’un de tes vaisseaux en Legos hein Oli ?

    Olivier —Tu veux dire nous ?

    Moderne — (Nuage)… Nous, on… faut pas trop faire de chichi là !

    Olivier — Ouin, et Alex lui ?

    Moderne —Shuuut pas si fort, je pourrais l’encourager à faire sa sieste tout de suite ?

    Olivier —Et si on jouait à Lego «Star Wars» sur la X-Box à la place, ça serait plus simple ?

    Moderne — (Nuage)… Niet, pas d’X-Box aujourd’hui !

    Olivier —Bonnn, Ok (Full pas convaincu) !

    Moderne —Mission Alex ?

    Olivier —Mission Alex !

    Moderne —Allllllllex ?

    Olivier —Allllllex ?

    Alex —Quoiiii (l’air perplexe) ?

    Moderne —Et si tu faisais ta sieste tout de suite ?

    Olivier —Ouin, si tu faisais ta sieste tout de suite ?

    Alex —Noooooonn paPààààa, je veux pas faila siessssste !

    Moderne —Plus vite tu la fais... plus vite c’est fini Alex !

    Olivier —Oui Alex, tu sais, pendant ce temps papa et Olivier ils vont….

    Moderne —Oliiiii!

    Olivier —Quoiiii ?

    Moderne —C’est bon là, je gère !

    Alex —Nooooonnn PaPààààààà, pas sieste tout de suite et pas taleule non plus !

    Moderne —Plus tard Alex, PLUS TARD! Pas taleule! Et oui, tu vas faire une sieste mon grand !

    *** Censure pour manquement au guide du meilleur parent***

    Moderne —Bon !

    Olivier —Il dort ?

    Moderne —Non, mais ça ne tardera pas ! Alors ? On essaye le «Gold Leader’s Y-Wing Starfighter™» ?

    Olivier —Le quoi ?

    Moderne —Le Y-Wing !

    Olivier —Ouing ouing ?

    Moderne —(Nuage…) Celui que ta marraine et ton parrain t’ont donné !

    Olivier —Ahhh… lui là du premier film, mais qui en fait n’est pas vraiment le premier film ?

    Moderne —Genre!

    Olivier —Ouin bien je l’ai essayé, mais il est trop difficile à faire !

    Moderne —Tu l’as essayé ? Ça veut dire que tu as ouvert les sacs de pièces ça ?

    Olivier —Oui, mais comme c’était trop difficile j’ai remis les pièces dans le bac des autres Legos !

    Moderne —(Nuage…) Tu as (re)mélangé les pièces avec celles d’autres vaisseaux ?

    Olivier —Ouais !

    Moderne — (Nuage)… Bon on va en faire un autre d’abord ! Un dont les sacs ne sont pas ouverts !

    Olivier —Ouinnn, c’est que…

    Moderne —C’est que quoi ?

    Olivier —C’est que je les ai tous ouverts les sacs !

    Moderne —Pourquoi t’as fait ça (avec une voix vraiment pas masculine) ?

    Olivier —Ben je voulais prendre les bonshommes !

    Moderne — (Nuage)… Bon !

    Olivier —Ohhh papa, on fait le ouine ouine d’Aurélie !

    Moderne —Bon… essayons !

    Olivier —13h15…

    Moderne —Là ça nous prend une pièce mince et grise 6X6, deux blocs noirs 2X2, une petite patente avec le bout qui se plie… (en regardant le fouillis de pièces de Legos qui couvre la totalité de la table).

    Olivier —Une pièce mince et grise… ahhh tiens !

    Moderne —?!? J’ai dis 6X6 Oli !

    Olivier —6X6 ?!?

    Moderne —Oui 6X6… avec six ptites… six ptites (des ptites quoi calvaire… ça s’appelle comment ça ?) des ptites pines là !

    Olivier —T’as encore dis p’tites !

    Moderne —P-e-tites! Content ? Bon tu m’aides à trouver là où je trouve tout seul ? Laisse faire… j’ai trouvé! Bon ça prend les blocs noirs 2X2 là.

    Olivier —Ahhh… Tiens papa, comme ça ?

    Moderne —Est-ce que c’est noir ça ?

    Olivier —Nonnn.

    Moderne —Bon, bien pourquoi me le demandes-tu alors ?

    ***14h52***

    Olivier —C’est long !

    Moderne —Je comprends que c’est long! Si tu m’aidais un peu ça serait moins long aussi !

    Olivier —Bien je t’aide gnààà… c’est juste que…

    Moderne —Que quoi ?

    Olivier —C’est juste que c’est long trouver toutes les pièces !

    Moderne —Bien si tu n’avais pas mélangé les Légos et si t’arrêtais de toujours défaire les vaisseaux 15 minutes après que je me suis tappé 5 heures pour les bâtir on n’aurait pas toujours à les refaire !

    Olivier —Pfff il y en a trop de Légos !

    Moderne —Tiens tiens… bien on va dire à Aurélie et Louis d’arrêter de t’en acheter ! Mieux on va en donner quelques-uns.

    Olivier —Noooonn !

    Moderne —Bon alors arrête de chialer pis suis le plan un peu là !

    Olivier —Ok d’abord. On est rendu où ?

    Moderne —Là, au numéro 25 sauf que je ne trouve pas la petite « gogosse » qui va en dessous du radar par-dessus le morceau blanc !

    Olivier —Ah je sais papa, je l’ai vue taleure !

    Moderne —Taleure… Taleure... Taleure ce n’est pas un mot ça Oli !

    Olivier —Tantôt d’abord !

    Moderne —Tantôt ça veut dire bientôt !

    Olivier —Gnààààà !

    Moderne —Où as-tu vu la pièce ?

    Olivier —Bien je sais pas moi dans le tas là !

    Moderne —Dans le tas là ? Wow, tu m’es d’une aide précieuse Olivier !

    Olivier —Ben quoi ?

    Moderne — (Nuage)… J’te dis !

    Olivier —Tu me dis quoi ?

    Moderne — J’te dis les Légos, on ne dirait pas que c’est fait pour les enfants !

    Olivier —Bien oui c’est fait pour les enfants !

    Moderne — (Nuage)… En tout cas, ce n’est pas fait pour les adultes d’abord (Ni pour mes enfants d’ailleurs) !

    Olivier —C’est parce que vous êtes pas assez tersticace !

    Moderne — Terticace ?!?

    Olivier —Ouin tersticace !

    Moderne — Ok ouin ! Anyways, ça paraît que le gars qui a inventé les Légos il est dans la même famille qu’IKEA !

    Olivier —Le gros magasin là ?

    Moderne — Oui, le magasin scandinave !

    Olivier —C’est quoi ça camp Dinave ?

    Moderne — Scandinave Oli S-C-A-N-D-I-N-A-V-E… pour ceux qui viennent de la Scandinavie… Tsé... Suède, Norvège, Finlande, Danemark !

    Olivier —Et les Légos viennent de la Scandinavie ?

    Moderne — Oui du Danemark !

    Olivier —Et t’es déjà allez toi en Scandinavie du Danemark ?

    Moderne — Non !

    Olivier —Pourquoi ?

    Moderne — Trop compliqué !

    Olivier —Trop compliqué ?

    Moderne — Laisse faire Oli, bon tu la trouves cette p’tite pièce ?

    Olivier —Laquelle ?

    Moderne — (Nuage)…

    07mars 2016
    blog_shape
    Encore moins jojo à la maison qu’au resto !

    Penser à cuisiner un Hot Chicken (et surtout, ne pas penser à pourquoi se genre d’idée singulière m’est venue) pour faire plaisir à ses gars ! Utiliser le vrai consommé de « Saint-Hubert BBQ » pour être certain de faire plaisir à ses gars et même faire des frites juliennes « Cavendish » pour être bien certain de faire plaisir à ses gars ! Ne pas trop mettre de petits poids pour s’assurer que ses gars seront les plus contents du monde !

    Olivier — Papaaaa qu’est ce qu’on mange ?

    Moderne— (Tout sourire) Ce soir les gars, c’est du Hot Chicken !

    ***Se faire péter sa balloune.***

    Olivier — Gnaaaa! On mange toujours ça !

    ***Se sentir soudainement une victime.***

    Moderne— Oli, nous n’avons jamais même mangé ça du Hot chicken !

    Olivier — Ben ouiii, je sais c’est quoi, mais moi pis j’aime pas ça !

    ***Garder son calme. Essayer de raisonner le grand garçon.***

    Moderne— Comment peux tu dire que tu n’aimes pas ça. Tu n’y as même pas gouté et en plus… c’est du poulet !

    ***Se faire péter sa balloune… celle qui est déjà crevée !***

    Olivier — Le poulet, j’aime pas ça moi lààààà !

    ***Garder son calme (prise 2).***

    Moderne— En tout cas, quand nous sommes chez « Saint-Hubert BBQ », bien tu aimes ça le poulet ! Qu’est ce que tu penses qu’il y a dans les croquettes ?

    ***Tenter de changer le mood.***

    Notamment en annonçant que la sauce de ce soir, bien, c’est la même qu’au St-Hubert, la vraie, celle avec le petit coq sur l’emballage !

    Voir quand même son grand bonhomme s’asseoir en indien par terre, dos à soi et faire du gros boudin parsemé de sanglots non crédibles et maladroits !

    Se faire littéralement grimper dessus par l’autre rejeton qui a senti l’odeur des frites et qui se peut plus !

    Alex — Pa paAaaa gne gne Fi… Fiiiii iiiiii !

    Prendre son petit dans ses bras et essayer de préparer les assiettes d’une main.

    Beurrer le comptoir et se sentir déséquilibré par le petit qui essaie désespérément d’agripper une frite ou deux.

    Faire une dernière tentative de convaincre le plus grand que c’est super bon du Hot Chicken.

    Échouer.

    Se sentir soudainement désabusé.

    Faire une tentative pour mettre la table avec le petit dans les bras et le boudeux par terre en travers du chemin.

    Recevoir un coup de patte de 2 ans sur le bord de l’assiette de Hot Chicken que tu viens de finir de préparer d’une seule main !

    Voir l’assiette, au ralenti, se balancer d’un bord, pis de l’autre…

    Devoir faire un choix entre le petit et l’assiette de Hot Chicken !

    Prendre ses responsabilités parentales.

    Abandonner l’assiette aux forces de la gravité.

    Constater avec dégout le dégât tout en lâchant une série de patois qu’évidemment la mémoire sélective, mais très éponge du plus grand retiendra !

    Entendre le plus vieux dire en regardant le gâchis par terre :

    Olivier — Ahhhh c’est çaaaa du Hotticken!!? Cooooool.

    Pogner le fixe.

    Ramasser.

    Finalement…, réussir à asseoir toute la tribu.

    Prendre une bouchée l’air absorbé et vide.

    Grimacer.

    Se faire une note mentale que du Hot Chicken bien c’est encore moins bon à la maison que ça ne l’est au resto !

    Moderne— (Nuage)…

    03mars 2016
    blog_shape
    Souvent un prétexte pour attirer l’attention !

    Que les mères indignes de ce monde s’en plaignent ou non, il est prouvé scientifiquement qu’une grippe d’homme c’est plus violent qu’une grippe de femme ! C’est que voyez-vous, le virus de la grippe subit une mutation instantanée au contact des muqueuses masculines et s’en trouve fortifié, ce qui pulvérise les défenses immunitaires de l’homme moderne et le rend incapable de jouer son rôle parental. Lorsque celui-ci est monoparental, l'homme se doit même de refuser la garde sous prétexte que sans mère indigne pour le soigner, il ne peut visiblement pas s’occuper de sa progéniture !

    Ces différences de résistance au virus entre les sexes sont-elles fondées scientifiquement ? « Oui », selon une recherche réalisée en 2010 par des scientifiques de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni et, « c’est l’évolution des espèces qui doit être blâmée pour ça. Ainsi, les hommes sont « programmés » pour vivre dangereusement, prendre des risques ». Ceci ferait qu’ils sont plus vulnérables à toutes sortes d’intrus…

    « C’était vrai au temps de l’homme des cavernes, lorsqu’il fallait se dépêcher de féconder un maximum de femelles avant d’être écrasé par un mammouth. Et c’est encore vrai aujourd’hui si l’on se fie au mode de vie aventureux de certains…»

    Or voyez-vous, moi, j’adhérais parfaitement à la théorie de « la grippe de gars »… alors qu’il y avait un quart de famille féminin dans la caverne… mais aujourd’hui, en tant qu’homme moderne monoparental, je réfute soudainement cette pseudo-vérité scientifique qui malmène aujourd’hui ma semaine… Mes deux garçons sont malades, et croyez Moderne… ils sont atteints d’une véritable « grippe de gars » !

    Olivier — Ouiiiinnnn Papaaa j’ai (b)al au nez !

    Moderne — Bien si tu te mouchais au lieu de juste t’essuyer pis de répandre tous les microbes partout dans ton visage, tu aurais moins mal au nez.

    Olivier — Bein je (b)e (b)ouche comme il faut papaaa !

    Moderne — Non Oli, tu t’essuies c’est pas pareil ! Oli ça n’est pas normal que ton frère qui n’a que trois ans sache mieux se moucher que toi qui a presque 7 ans !

    Olivier — Gnààààà, je suis (b)alade pis toi tu me rends encore plus (b)alade !

    Alex — Atchhhhoummm (grosse trainée dégoulinante du nez) !

    Moderne — Ahhh Ouach, Oli s'il-te-plaît, donne-moi un mouchoir pour ton frère !

    Olivier — Je peux pas je suis (b)alade…

    Alex — PapaaaÀaaa Ouinnn, mou-é mon nez Ouinnnn !!

    Moderne — Non attends Alex… Pas avec ton pyjama, merde je viens juste de le laver !

    Olivier — Kuf Kuf Kuf…

    Moderne — Bon vous deux là, vous êtes bons pour un sirop, une dose d’Advil… et un petit-déjeuner santé pour vous remettre en forme !

    Olivier — Ahhh Noooooon (b)as le sirop dégueu !

    Alex — Noooooon (b)a(b)aàaa (b)a dé-euner… biscuits…

    Moderne — Aye, on va mettre quelque chose au clair tout de suite… Vous êtes malades, vous n’êtes ni à la garderie, ni à l’école, pis là là, le docteur et le boss c’est moi en même temps, alors vous faites ce que je vous dis sinon vous allez vous soigner vous même !

    Olivier — Gnàààà…

    Alex — Biscuits (b)a(b)Àaaaa !!! Atchoooum…. (nouvelle trainée verdâtre qui se fait aussitôt étendre jusque dans le front) !

    Moderne — (Nuage)… Bon, toi le grand tu ouvres la bouche et tu bois ça jusqu’à la dernière goutte !

    Olivier — Noooon… c’est dégueu, ça va me (v)aire (b)oumir !

    Moderne — Mais non, tu ne vas pas vomir… c’est dans ta tête ça ! Bon, tiens-toi droit comme un petit bout d’homme pis ouvre la bouche…

    Olivier — Noooooon ! Arrête de me traiter comme un grand, je suis juste ton enfant !

    Moderne — Oli, si t’es mon enfant alors tu te dois de m’écouter… Ouvre-moi cette petite bouche là que tu prennes le médicament…

    Olivier — NoooooN !

    Constater qu’Alex profite de ma négociation avec Oli pour vider la dernière boîte de kleenex de tous les mouchoirs afin d’en faire un immense « tapon » !

    Alex — Atchouuum (profitant du « tapon » de mouchoirs pour le souiller au complet de son trop plein de mucus) !

    Moderne — Ah vraiment bravo Alex ! Toi et ta manie de vider toutes les boîtes de kleenex !

    Alex —Tiens (b)a(b)Àaaa (en me tendant les mouchoirs) !

    Moderne — Super ! Maintenant qu’ils sont tous souillés tu veux que je fasse quoi avec ?

    Alex — (b)oubelle (b)a(b)aaaAa !

    Constater que son plus grand profite de ma distraction pour échapper au sirop !

    Moderne — Wooooo Oli, j’ai pas fini avec toi… viens tout de suite prendre ton sirop !

    Olivier — Nooon OK ! De toutes les façons je suis (b)lus (b)alade  et je suis assez grand pour savoir si je veux du sirop…! Atchoummm (méga «guedille» pendant du nez) !

    Moderne — (Nuage)… Va prendre du papier de toilette vu que ton frère consomme les kleenex plus vite que son ombre !

    Olivier — Ben làaaa… Quand je suis (b)alade, maman elle me demande pas de tout faire pour elle !

    Moderne — (Nuage)… Aye, tu es malade ou tu ne l'es pas ? Décide là… Soit tu l’es et tu viens prendre ton médicament, sois tu ne l’es pas et tu vas me chercher du papier de toilette pis je te fais faire des devoirs vu que tu n'es pas à l’école !

    Olivier — Heuuu. (moment d’indécision)…

    Moderne — Pire, tu es malade, ben tu déjeunes santé pis après, sieste ! Tu ne l’es pas, je vais te porter à l’école pour l’après midi !

    Olivier — Heuuu, ça veut dire que je (b)ourrai même (b)as (b)e jouer une (b)etite game d’Xbox et (b)’écouter un film ?

    Moderne — (Nuage)…

    *(b) = m, v, s ou p selon la situation alors que (v) = f

    29février 2016
    blog_shape
    Dans la basse-cour familiale… il est normal que les coqs se disputent la définition de l’amour !

    Alex - Ah oui c’est ton amouleuse elle ?

    Olivier - Bah non, c’était…!

    Alex - C’était !? Pis c’est plus là ?

    Olivier - Ben non… comme il y en a plein d’autres qui m’aiment… j’ai choisi celle que je préfère !

    Alex - Pis c’est qui maintenant ? C’est pas la sœur de Judith ?

    Olivier - Non… Ça faisait de la chicane… pis la maintenant c’est…

    ***Intervention inopinée de Moderne (pour ne pas dire divine) !***

    Moderne - Wo… wo wo wo wo wooooo ! De quoi vous parlez comme ça ? C’est quoi cette discussion-là ?

    Alex - On pale de nos amouleuses !

    Olivier - (L’air fuyant…)

    Moderne - De vos amoureuses !!?? Vous parlez de vos amoureuses ? De même là… pis au pluriel en plus !

    Alex - Oui !?

    Olivier - (Se déplaçant vers la sortie de la pièce la plus proche…)

    Moderne - Wo wo woooo Olivier, viens ici mon grand ! Viens t’assoir un brin avec Alex et moi…, je pense qu’on va avoir une petite discussion là !

    Note au lecteur, je conseille à tous les parents de bien se préparer à avoir ce genre de discussion. Surtout ne pas tenter la chose… comment dirais-je… à l’improviste !

    Moderne - Toi Alex tu as une amoureuse ?

    Alex - Bah oui (tout sourire) ! Même deux ! Comme Oli !

    Olivier - Ayyyye Alex… menteur !

    Moderne - Deux !!! Pas une, mais deux amoureuses ! Wooow, ça fait de toi un vrai petit champion ça ! Comme Oli en plus ! C’est vrai ça Oli ?

    Olivier - Ben non là !

    Moderne - Tiens tiens… comme c’est intéressant ça !

    Olivier - Quoiiii ? Je peux aller lire là ?

    Moderne - Non ! Tu ne peux pas aller lire… là ! Dis-moi, ce n’était pas Julie ton amoureuse ?

    Olivier - C’est plus elle !

    Alex - Moi c’est Judith ! Pis Oli sort avec la sœur de Judith maintenant !

    Moderne - Ah bon… la sœur de Judith…

    Olivier - Non c’est plus elle non plus !

    Moderne - Ce n’est plus elle non plus… ! Sacre… tu les passes une après les autres ! Un vrai petit tombeur de ses filles ! Ma foi, une semaine c’est l’une… l’autre semaine c’est l’autre… pis v’la tu pas qu’en plus les frères sortent avec des sœurs ! Charmant ! Tout pour faire parler de nous en bien !

    Olivier - Bah quoi… c’est des choses qui arrivent !

    Moderne - Changer d’amoureuses aux semaines c’est des choses qui arrivent… c’est fort ça !

    Olivier - Bah quoi… c’est comme toi là !

    Moderne - Comme moi ? Attends là… De quoi tu parles ?

    Olivier - Bein… Maman, Ringuette, Cavalière…

    Moderne - (Nuage)… Ça fait quatre ans que je ne suis plus avec ta mère Olivier ! J’ai été avec deux femmes dans les quatre dernières années… pas 2 filles en deux semaines !

    Olivier - Pis… de toute façon… on n’est pas obligé d’aimer pour la vie !

    Moderne - Oh non Olivier… On n’est pas obligé de rien dans la vie… Mais en amour, la stabilité est certainement plus payante que de continuellement sauter la clôture !

    Olivier - Hein ?

    Moderne - (Nuage)… Ce que je veux dire c’est qu’on ne peut pas être en amour un jour avec l’une et le lendemain avec l’autre… ce n’est pas de l’amour ça !

    Olivier – Ben là, j’ai le droit d’aimer qui je veux !

    Moderne - Encore faut-il savoir c’est quoi aimer ! Tu le sais toi ? hein… c’est quoi aimer ?

    Alex - C’est quand la fille te dessine tsé là… un ptit coeul su un papier pis elle te le donne hein papa ?

    Moderne - Ouin Alex… c’est ça, mais c’est aussi un peu plus que ça… Sauf que là, j’aimerais bien qu’Oli nous donne sa définition de l’amour !

    Olivier - Ben là… pourquoi moi ?

    Moderne - Ben… je ne sais pas moi… un grand amoureux comme tu es… tu dois bien avoir une définition…

    Olivier - (L’air défiant…) Ça sent l’arnaque ton affaire ! Toi… tu en as une définition ?

    La température de la pièce augmente soudainement… l’homme moderne, en quête de leçons de vie à donner, se fait soudainement renvoyer la patate chaude (pour ne pas dire la grenade dégoupillée) par le plus vieux !

    Moderne - Moi ? Bien sûr que si j’en ai une ! Mais il ne s’agit pas de moi là !

    Olivier - Tu dis que je devrais toujours apprendre de toi… Alors c’est quoi l’amour ?

    Moderne - C’est moi qui pose la question Olivier !

    Olivier – Sérieux, on va dire que je ne suis pas capable de le dire… alors je te laisse répondre !

    Moderne - (Nuage…) L’amour… ben… comment je dirais ça… C’est quand on ne sait pas pourquoi… mais qu’on sent que l’autre nous est important… entk plus important que les autres… pis là… (Ahhhhhhh au secours !)

    Olivier - Quand on ne sait pas pourquoi, mais on aime l’autre ? C’est ça aimer ?

    Moderne - Bah… oui… me semble c’est clair

    Olivier - Heu non là… je ne comprends pas là !

    Moderne – Bon… l’amour… l’amour… c’est une émotion… c’est intangible… imperceptible… invisible, mais c’est là… en même temps !

    Olivier - ??!!

    Moderne - Ça se décrit papa Oli… ça se vit !

    Olivier - Bon… Tu vois ?

    Moderne - Je vois quoi ?

    Olivier - Tu me demandes de te décrire l’amour pis là tu me dis que l’amour, ça ne se décrit pas… ça se vit !

    Moderne - (Gros nuage…)

    Olivier - Peut-être qu’on devrait regarder dans le dictionnaire papa… comme tu dis tout le temps !

    Moderne - Dans le dictionnaire ? Pour une définition de l’amour ?

    Olivier - Bah oui… Tu dis que pour se rappeler des choses il faut chercher dans le dictionnaire !

    Moderne - (Nuage…) Ok vas y cherche !

    Olivier - Non non… Toi cherche ! C’est toi qui veux avoir la définition… en plus t’es plus rapide que moi !

    Moderne - Bon bon, voyons voir… l’amour… « sentiment très intense, attachement englobant la tendresse et l’attirance physique, entre deux personnes.»…

    Olivier - Bon ! Tu vas t’en souvenir maintenant que tu l’as lu !

    Moderne - … !!??

    Olivier - Je peux allez lire maintenant ?

    Tout homme moderne, en état de se battre, se doit de défendre ses idéaux en cas d'attaque par la jeunesse. L’homme moderne peut être blessé, il peut saigner ou même mettre le genou par terre, mais sa persévérance et sa résilience se doivent de triompher de la barbarie et de la tyrannie des plus jeunes… M’enfin essayer…

    Moderne - Non, tu ne peux pas aller lire !

    Olivier – Quoi là ?!

    Moderne - Nous n’avons pas fini ! Écoute Olivier… tu peux vivre les amourettes que tu veux, mais l’important c’est que tu témoignes du respect pour l’autre et que tu véhicules une image soignée de ta personne… surtout devant ton frère… qui cherche toujours à t’imiter !

    Olivier - Amourette ?

    Moderne - Oui amourette !

    Olivier - C’est quoi ça une amourette ?

    Moderne - Cherche dans le dictionnaire… pis té chanceux… j’ai gardé la page comme ça, ça ne nous prendra pas une heure !

    Olivier – (en prenant le dictionnaire… Amourette : « Amour passager, sans profondeur. »… ? Et ? Moderne - Comment et ?

    Olivier - C’est quoi le point ?

    Moderne - Le point ? Ben… c’est que l’amour c’est important… pis que… pis qu’il faut prendre ça au sérieux… Sinon ce n’est pas de l’amour… c’est des amourettes !

    Olivier - Papa !?

    Moderne - Quoi… ?

    Olivier - Je ne vais quand même pas me marier cette année !

    Moderne - Effectivement...

    Olivier - Donc je peux aller lire ?

    Moderne - (Nuage…)

    Alex - Moi pis Judith on va peut-être se malier hein papa !?

    Moderne - Judith et moi Alex… Judith et moi… en amour il faut toujours placer l’autre devant... (Nuage...)

    26février 2016
    blog_shape
    Rien à voir avec les métiers d’arts…

    On dit que vers l’âge de 7 ans, l’enfant entre dans la période de la grande enfance, aussi appelée l’« âge de la raison ». Cet âge, qui à mon humble avis n’a rien de raisonnable, est depuis longtemps considéré comme le premier pas dans la cour des grands. Le moment où l’on commence à avoir de belles et sérieuses conversations avec ses enfants !

    Si l’«âge de la raison» représente la fin de la période œdipienne et le début d’un nouveau stade de la logique… Dans mon cas, mon plus vieux à 9 ans au moment où j’écris ces lignes . Il devrait donc être en plein dans l’âge de la raison… de même que son réservoir de la logique devrait par ailleurs être assez rempli.

    Or, tout dépend généralement des sources d’où l’enfant puise ladite logique. Dans mon cas… mes enfants ont bu à plusieurs sources… Évidemment, celle maternelle, très chaude, où l’idée d’un univers vivant, fait de correspondances secrètes, de sympathies occultes et où souffle l’esprit de toutes parts, celle plutôt froide d’une belle-mère recomposée, ultra cartésienne et réaliste plus amoureuse des mathématiques que de l’extraversion (quoi que très gentille), mais dont on ne saurait reprocher quelconques comportements à leurs égards, celle paternelle, inégale comme cette eau chauffée au micro-ondes mi-tiède, mi-bouillante, impulsive, intuitive, chaotique même par moment, mais remplie d’un amour incontestable pour le genre humain et finalement, celle du beau-père (à peu près recomposé), dont je ne connais que l’apparente douceur et le fait qu’il sait surfer.

    On dit aussi de l’«âge de la raison », que c’est l’âge ou une certaine compréhension du monde environnant ce développe et qu’une certaine conscience morale apparait. Bien sûr « On » exclut la personne qui parle, parce que franchement… les conversations que moi j’ai, avec ma progéniture mettraient à tort l’ensemble des thèses des psychopédiatres de ce monde !

    Alex- 1-2-3-4-5-6-7…

    Olivier - Pappaaa ?

    Moderne - Oui Oli ?

    Alex-8-9-10-11-12-13…

    Olivier - Toi là ?

    Alex-14-15-16-17-18-19…

    Moderne - Ouiiii ?

    Olivier - Ben je veux dire…

    Alex-20-21-22-23-24…

    Moderne - Qu’est-ce que tu veux dire ?

    Alex-24-23-24-27…

    Olivier - Toi là là… c’est quoi exactement que tu fais dans la vie ? Je veux dire… tu vas en Afrique, tu vas à Montréal… tu parles politique… t’es fâché contre Harper… mais le nom de ton métier c’est quoi exactement ?

    Alex-26-23-25…

    Moderne - AleeeeeeeeX !

    Alex- Quoii ?

    Moderne - Tu peux compter dans ta tête stp ?

    Olivier - Hein papa ? Tu fais quoi toi dans la vie ?

    Moderne - (Nuage…) Moi là là ? Je vous conduis à droite pis à gauche !

    Olivier - Non sérieux papa… ton travail… son nom c’est quoi ?

    Alex- La la la ho hoooo… la la ho ho hoho !

    Moderne - Mon travail… ce que je fais dans la vie… hummm, comment je te dirais ça ! Disons que je suis politologue !

    Alex-La la li…li li la loooo !

    Olivier - Politicologue ? parce que tu as fait de la politique à l’école ?

    Alex-La lii… li… là ho hoooooo

    Moderne - ALEEEX !!!!

    Alex- Quoi ?

    Moderne - Tu ne peux pas chanter dans ta tête un brin ?

    Alex- Mais papaaaà… je compte déjà dans ma tête ! Je peux quand même pas faire les deux dans ma tête !

    Moderne - Tu ne vois pas que je parle de choses sérieuses avec ton frère là !

    Olivier - Ouin Alex… t’es full dérangeant !

    Alex- (Petite face de boudin)

    Moderne - Non Oli… Je n’ai pas vraiment étudié la politique à l’école et j’en ai encore moins fait… j’ai étudié la science politique !

    Olivier - Parce que c’est une science ça ?

    Alex- C’est ti une science ça papaaaà la potilique ?

    Moderne - Une science… Oufff (dans ma tête… si ce l’était nous l’étudions de moins en moins) oui on peut dire que c’est une science… Tu sais c’est quoi une science Oli ?

    Olivier - Bien oui ! À l’école on a des cours de sciences et technologie…

    Moderne – Hummm, mais sais-tu c’est quoi une science ?

    Olivier - …

    Moderne - C’est le savoir, les connaissances qu’on acquiert par la pratique et la théorie !

    Olivier - Donc le hockey c’est une science…

    Moderne - Heuuuu ?

    Olivier - Et la théorie c’est quoi ?

    Moderne - Une théorie c’est un modèle ou un cadre de travail pour faciliter la compréhension !

    Olivier - La compréhension de quoi ?

    Moderne - Ben la compréhension du sujet que tu étudie !

    Alex-1-2-3-4-5-6-7…

    Olivier - Donc toi tu as étudié la science politique, mais tu l’as pas pratiqué ?

    Moderne - Pourquoi tu dis ça ?

    Olivier - Ben t’as jamais été le ministre toi !

    Moderne - Non, je n’ai jamais fait de politique active !

    Olivier - Active ? Mais t’as fait de la politique passive alors ?

    Moderne - De la politique passive ?

    Olivier - Bien dans la vie tu dis toujours qu’on est passif ou actif… et que c’est mieux d’être actif !

    Alex-8-9-10-11-12...

    Moderne - ALEEEEEEEEEEEEX !

    Alex- Arghhh bien c’est plate de quoi vous palllez tout le temps !

    Olivier - Donc toi papa t’es un scientifique de la politologie, mais tu ne fais pas de politique…

    Moderne - (Nuage…)

    Olivier - Tsé…, mon ami Samuel… son père il est électricien !

    Moderne - Et ?

    Olivier - Bien c’est plus simple comme réponse ! Lui il s’occupe de l’électricité. Il ouvre et il ferme les lumières !

    Moderne - Bon si tu veux, tu peux aussi dire, si on te le demande, que je suis concepteur pédagogique !

    Olivier - C’est quoi le rapport ?

    Moderne - De quoi c’est quoi le rapport…

    Olivier - Ben le rapport avec la politique que tu ne pratiques pas ?

    Moderne - Ouffff Oli t’es lourd un peu tu ne trouves pas ?

    Olivier - Mais c’est parce que je comprends pas c’est quoi que tu fais…

    Moderne - (J’avoue que moi non plus, mais bon…) Écoute… la science politique touche beaucoup de sujets de la vie de l’être humain en communauté… et moi, très souvent… je rédige des formations sur certains de ces sujets…

    Olivier - Comme quoi ?

    Moderne - Comme les droits de la personne… les droits humains !

    Olivier - Je ne comprends pas !

    Moderne - Quand tu seras plus grand, tu comprendras !

    Olivier – Tu dis toujours ça pour te débarrasser !

    Moderne – C’est que le sujet est complexe Olivier… on ne peut en discuter comme ça à la vas vite !

    Olivier – Et c’est quand que tu as décidé que tu voulais devenir polito…logique de la conception…pédagogique !

    Moderne - je n’ai jamais décidé de faire ça Oli… Ça donne que c’est ça que je fais (tellement pas winner comme réponse…. Au secours)!

    Olivier - À l’école on nous demande toujours ce que l’on veut être plus tard… alors si tu n’es pas ce que tu voulais être… tu voulais être quoi toi ?

    Moderne - Heuuuu… (timidement – je réponds quoi à ça) Soldat, je crois !

    Alex- Ahhhh oui… moi aussi je veux être soldat plus tard et faire la guerre et tuer plein de méchants !

    Moderne - ALLLLLEXXX !

    Olivier - Tu voulais être soldat ?

    Moderne - Oui… m’enfin je crois…

    Olivier - Pourquoi ?

    Moderne - Je ne sais pas moi… (Je devais avoir trop joué au Gi-Joe ou eu une overdose de Top Gun).

    Olivier - Mais tu as été soldat ?

    Moderne - Hiii… pas longtemps ?

    Olivier - Comment ça ?

    Moderne - Bien… c’était dure Oli…

    Olivier - Est-ce que tu te promenais dans la boue sous les fils barbelés pis toute là ?

    Moderne - Genre !

    Olivier - Pis ils te criaient dessus ?

    Moderne - Oui, il y en a deux caporaux-chefs en particulier qui me criait beaucoup dessus comme tu dis !

    Olivier - Qui ça ?

    Moderne - La CPLC Morissette pis le CPLC Gagnon ! Mais toi Oli…?

    Olivier - Quoi ?

    Moderne - Qu’est-ce que tu veux faire plus tard !

    Olivier - Je ne sais pas ?

    Moderne - Tu n’as aucune idée ?

    Olivier - Non, joueur de hockey peut-être ? De toute façon, toi t’es vieux et tu ne sais pas trop ce que tu fais… pis t’es pas devenu ce que tu voulais être faque…

    Moderne - Merci… Franchement merci Oli…

    Olivier - Bien quoi ?

    Moderne - Rien, laisse faire… m’a dire comme Alex… full plate la conversation !

    25février 2016
    blog_shape
    Ou le parent sujet

    Apprendre, c’est un mal nécessaire pour les grands (nous) et les petits tyrans (eux) de ce monde. Mais ne trouvez-vous pas qu’aujourd’hui le développement des aptitudes et des connaissances de nos petits suit une drôle de direction ? Des fois, Moderne a cette d’impression que bientôt, la réflexion aura disparu au profit d’un monde rempli d’individualisme, sans passé, insouciant de l’avenir, purement égoïste du présent et simplement efficace ! C’est l’âge de l’éducation pragmatique… Ça prend des boulons pour la machine… faisons des boulons ! Dès lors, il ne faut pas se surprendre si l’intérêt de nos petits pour le monde se limite de plus en plus au superflu que la société leur projette !
    Moderne — Salut Olivier !

    Olivier — Tiens papa, un dessin !

    Moderne — Merci Oli… Heuuu…, salut Olivier !

    Olivier — Quoiii, je t’ai entendu !?

    Moderne — On dit « Bonjour papa » !

    Olivier — Alllo (l’air comme découragé) !

    Vous voyez, dans cette scène, on entrevoit la faillite de notre système d’éducation : l’enfant, devenu tyran, n’a que faire des bonnes manières à l’égard de ses parents devenus ses propres sujets… alors que la transmission du savoir devrait faire partie intégrante d’une éducation citoyenne. Elle offre maintenant à ces « enfants-rois » le choix d’être ce qu’ils ne devraient pas encore être ! Comme disait Socrate : « Notre jeunesse est mal élevée. Elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d’aujourd’hui ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce. Ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais. » […] « Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans ».

    Olivier — Qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

    Moderne — (Nuage)… C’est drôle comme depuis trois ans… c’est toujours la même question que tu me poses dès les premières secondes où tu me vois !

    Olivier — ?!? Ouin pis, on mange quoi ?

    Moderne — (Nuage)… Ta main !

    Olivier —Gnààà pis je te gage que tu vas me dire de garder l’autre pour demain ?

    Moderne — Ouais !

    Olivier — Non sérieux papa, on mange quoi ce soir ?

    Moderne — Oli, à quoi ça te sert de savoir ce qu’on va manger puisque de toute façon tu vas manger exactement ce que je vais te mettre dans ton assiette !

    Olivier — Ben je veux savoir si je vais aimer ou pas ce qu’on mange ce soir ?

    Moderne — Le seul moyen de le savoir, c’est de le goûter !

    Olivier — Ben non, si j’aime pas ça je le goûterais pas !

    Moderne — Comment peux-tu dire que tu n’aimes pas si tu n’as pas goûté ? Et puis très sincèrement, que tu aimes ou pas ce que je te sers, tout ce qui compte pour moi c’est que tu le manges !

    Olivier — Gnààà t’es comme ton père !

    Moderne — ?!? Comme mon père ?

    Olivier — Oui, ton père, il te forçait à manger ce que tu n’aimais pas !

    Moderne — Non non Olivier, mon père m’incitait à développer mes goûts en profitant de la période de temps où j’étais sous sa légitime juridiction pour m’empêcher de contester ce qui se trouvait dans mon assiette ! Résultat : aujourd’hui, j’aime tout et peu importe ce qu’on me sert, je le mange, c’est poli, santé et la marque d’un grand homme !

    Olivier — ?!? C’est quoi sa létimine diction ?

    Moderne — Sa légitime juridiction ! Sous son contrôle… c’était mon père et quand mon père disait « Tu manges », c’était… tu manges… point à ligne !

    Olivier — De toutes les façons c’est même pas vrai que tu manges tout ?

    Moderne — Si…, je mange tout ce qu’on me met dans l’assiette…

    Olivier — Mais tu ne manges pas d’asperges…

    Moderne — Ahhh bien c’est que les asperges, ça me rend malade ! Donc je ne peux pas les manger !

    Olivier — Bien moi c’est pareil, avec les olives, les oignons, les tomates cuites, ta viande que je dois mâcher pendant longtemps et les champignons !

    Moderne — (Nuage)… Non c’est pas pareil…

    Mais où est passé l’esprit de découverte que les enfants devraient avoir… Goûter, toucher, évaluer… Comment se fait-il que les enfants s’entassent dans des carcans qu’ils revisitent sans cesse… ce film qu’ils écoutent en boucle au point d’en connaître les répliques par cœur, ce mets qui goûte la même chose et qu’ils souhaitent chaque soir… D’ailleurs, un archéologue a découvert dans la mer méditerranée une poterie portant cette inscription : « Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui seront incapables de maintenir notre culture ». Moderne a quasiment l’impression que cette affirmation est juste !

    Moderne — (En embarquant dans l’auto) Bon, assez sur le repas ! Dis-moi c’était comment aujourd’hui à l’école ?

    Olivier — Normal !

    Moderne — Normal ?

    Olivier — Oui normal ?

    Moderne — Bien c’est quoi normal ?

    Olivier —Bien c’est normal, comme normal, je le sais pas moi ?

    Moderne — (Nuage)… Et qu’est-que tu as fait, qu’est-ce que tu as appris ?

    Olivier — ben… des choses là !

    Moderne — !?! Des choses ?? Quelles choses ?

    Olivier — Bien des choses là ! Je le sais pas moi ? Je m’en rappelle plus !

    Moderne —!?! Tu ne t’en rappelles plus ?

    Olivier — Gnààà j’ai pas le goût d'en parler !

    Lorsque soudain, me vient une idée de génie pour chasser cette évaluation philosophique négative que je suis en train de faire…

    Moderne — (En arrêtant la voiture et en me retournant vers la banquette arrière) Oli, j’ai une idée !

    Olivier — Quoiiii (l’air presque effrayé) !

    Moderne — Ce soir c’est toi qui décide !

    Olivier — Moi qui décide quoi ?

    Moderne — Ce que l’on mange, ce que l’on fait, comment on le fait !

    Olivier — (L’air songeur) Ça sent le piège ton affaire !

    Moderne — (Nuage)…

    Olivier — Tu vas me dire que je décide,… mais tu vas me donner des choix que j’aime pas !

    Moderne — Non non, Oli tu choisis… seulement ce que tu choisis… c’est des choses que tu n’as jamais faites ou goûtées !

    Olivier — Gnààà exactement ce que je disais… !

    Moderne — (Nuage)… mais arrête un peu… essaye !

    Olivier — Ok, ce soir on mange du spaghetti et on écoute le hockey !

    Moderne — ? Heuu ce n’est pas pas vraiment des choses qu’on n'a jamais fait ça !

    Olivier — Si, on va manger du spaghetti avec ta sauce mais sans champignons, pis le hockey tu vas me laisser l’écouter jusqu’à la fin de la deuxième période… et pour faire différent bien on va l’écouter en anglais !

    Moderne — (Nuage)…

    24février 2016
    blog_shape
    Il n’y a rien de pire que de faire la lecture à un enfant qui ne t’écoute pas…

    L’heure fatidique arrive ! Le moment où mon fardeau monoparental va temporairement diminuer de deux rejetons à un seul ! Je regarde le cadran impatient… le tic tac porte l’aiguille de 19h29 à 19h30 !

    ***19h30 tapant !***

    Moderne — (Qu’on en finisse avec Alex pour cette journée…) C’est l’heure Alex, il est 19h30 ! Dodo !

    Alex — NoOoooooN !

    Moderne — Ah si, il y a la garderie demain et comme tu te lèves très très tôt, pour ne pas dire trop tôt… c’est l’heure du dodo !

    Alex — NooOoooN pas dodo ! Demain dodo papa !

    Moderne — (Nuage)… Ouin c’est ça… dodo demain ! Et à la place du dodo… qu’est-ce que nous allons faire ?

    Alex — (Lueur d’espoir dans les yeux !) Èle de glace papAaa ? À le de glace le 2. Avec mammouth et popcoln !

    Moderne — (Dans ma tête… LOL un gars s’essaye !) Ben non Alex… pas de télé tard le soir la semaine… Allez suffit la discussion… les dents et le dodo…

    Alex — Tite histoi papÀa… ?

    Moderne — Mais oui une petite histoire il y aura…

    Moderne et Alex, bien installé sous la couette, gobelet de lait en main, l’histoire (que je m’efforcerai de raccourcir de quelques pages) s’apprête à commencer…

    Ma marche vers une semi-liberté nocturne démarre…

    Moderne — Bon, « Mater et la lueur fantôme » ? (Dans ma tête : zzzzzz)

    Alex — NoOooon papaaa pas Mate ! L’aute live !

    Moderne — Quel autre livre ?

    Alex — Luiiiii papaàaa !

    Moderne — « Garbage Trucks » !! Mais c’est en anglais ça Alex ?

    Alex — Tluck papàaaa !Tluck !

    Moderne — Noooon, choisissons un livre en français ! (Dans ma tête… Je me demande bien qui nous a acheté un livre sur les garbage trucks ! Vraiment full trash !)

    Alex — Ça c’est fançais papaa ?

    Moderne — « Mimi Réglisse et la terrible écrevisse » ? Oui c’est en français ! Tu veux qu’on le lise ?

    Alex — Ok papa !

    Moderne —Bon, allons-y… « Ce matin, il fait très chaud…»

    Alex — Il fait chaud papa ?

    Moderne — Oui Alex, il parait qu’il fait chaud dans l’histoire ! «…La vilaine tante Licorice ne supporte…»

    Alex — (En pointant un dessin sur la page du livre) Qui ça papAaa ?

    Moderne — Elle ? Sur le dessin ? Je ne le sais pas encore Alex, on va le découvrir en lisant ! Écoute !

    Alex — Ok

    Moderne — Donc, «…La vilaine tante Licorice ne supporte pas la chaleur. Elle est tellement…»

    Alex — C’est elle papaàaa ?

    Moderne — Qui elle ? La tante ? Écoute l’histoire on va le découvrir !

    Alex — Ok papa.

    Moderne — Alors, « Elle est tellement de mauvaise humeur qu’elle chasse Mimi Réglisse…».

    Alex — C’est mimi réhisse papaAa ?

    Moderne — (Nuage)… Mais attends Alex… Écoute un peu… on va voir dans l’histoire j’te dit !

    Alex — Ok papÀaa !

    Moderne — Ok, On était où ? Ahhh, «…qu’elle chasse Mimi Réglisse de la maison. La petite sorcière…»

    Alex — La maison à maman hein papÀaa ?

    Moderne — Hein ?

    Alex — Ou a nouvelle maison à papÀa ?

    Moderne — Heuu, non, probablement la maison de tante Licorice !

    Alex — (En pointant le dessin sur la page du livre) Elle papàaa ?

    Moderne — Mais je ne le sais pas encore Alex… laisse-moi lire… nous allons découvrir ensemble !

    Alex — Ok papa !

    Moderne — Bon, où étions nous ? Ah, « La petite sorcière est ravie. Une journée sans Licorice est toujours une délice ». (Tournant la page)

    Alex — (En pointant le dessin sur la nouvelle page) Qui elle papaaa ?

    Moderne — Aucune idée, ça doit être « la vilaine tante sorcière » ou « la petite Licorice » ? Heuuu, plutôt « la vilaine tante Licorice » ou « la petite sorcière » ! Dans tous les cas… Continuons… « Mimi réglisse monte sur son balai avec son chaton…» !

    Alex — Le ssat est Flodon comme le chat à moi papÀaaa ?

    Moderne — (Nuage)… Non c’est pas Frodon Alex, c’est le chat de l’histoire, veux-tu te taire et écouter ! «…Minimou, puis elle vole jusque chez ses amis…»

    Alex — PapàààaA ?

    Moderne — Quoiiii ? Bon, Alex tu l’écoutes l’histoire ou tu ne veux pas l’écouter ?

    Alex — Lait papÀa siouplait ?

    Moderne — (Soupir) Tiens…

    Alex — Meeciii… histoi papa, histoi !

    Moderne — (Nuage)… Alors, « La petite sorcière les invite à la mer… »

    Alex — (En pointant encore une fois le dessin) Elle a petite solcièle papÀaa ?

    Moderne — Oui ça doit être elle !

    Alex — Et elle qui ?

    Moderne — Bien ça doit être quelqu’un sur la plage, je ne le sais pas moi ?

    Alex — À plage où papÀa ?

    Moderne — Bien la plage dans l’histoire !

    Alex — Cette hitoile là papaa ?

    Moderne — OUI CETTE HISTOIRE LÀ ! BON… je peux lire là cette histoire-là ou je ne peux pas ?

    Alex — Tiens mon yait papa, fini !

    Moderne — Bon, je continue ?

    Alex — Oui !

    Moderne — Ok, (avec un ton de plus en plus expéditif) « Les préparatifs sont faits en un rien de temps. Tout le monde grimpe sur le balai qui…»

    Olivier — PAPAAAAAAA ?

    Moderne — (Cumulo Nimbus…) JE SUIS OCCUPÉ AVEC ALEX OLI !

    Alex — Balai comme dans couisine ?

    Moderne — Hein de quoi le balai dans la cuisine ?

    Olivier — PAPAAAAAAA ?

    Moderne — (Dans ma tête…TABARNAC !) QUOIIIII ?

    Olivier — La télé, à marche plus !

    Moderne — NE FONCTIONNE PLUS OLI… NE FONCTIONNE PLUS… T’AS DÉJÀ VU UNE TÉLÉ QUI MARCHE TOI ? BON ATTENDS TON TOUR… PRENDS UN NUMÉRO ?

    Olivier — QUEL NUMÉRO ?

    Moderne — (Nuage)… ATTENDS J’AI DIT ?

    Alex — Balai comme dans cuisine papààa ?

    Moderne — Hein ? Tu vas me lâcher avec le balai de cuisine toi… ici c’est le balai de l’histoire !

    Alex — Cette histoi-là papa ?

    Moderne — (Nuage)… Non celle du Garbage Trucks st’affaire !

    Alex — ??

    Moderne — (Dans ma tête… Je commence sérieusement à trouver que le chemin vers la semi-liberté nocturne a des airs de chemin de Compostelle !) Bon, continuons, « QUI S’ENVOLE aussitôt. La journée s’annonce formidable ! Le groupe aperçoit enfin…»

    Alex — Papààaa ?

    *** Pjiouuuu fait le fusible qui saute dans mon cerveau***

    Moderne — QUOIIIIII ? On va pouvoir la finir cette histoire Alex… je n’ai même pas lu deux pages encore !

    Alex — Pipiiii ?

    Moderne — (Nuage)...

    23février 2016
    blog_shape
    Comme il est loin le temps où ça dormait sur la banquette arrière !

    Moderne est fier. Il a une hybride qui coûte cher en crisse… mais il la trouve bien belle son hybride… avec son habitacle intelligent et (presque trop) centré sur le conducteur, ainsi que ses cinq places assises sur de la cuirette de luxe !

    Les sièges sont chauffants avec des commandes électriques, le démarrage par bouton-poussoir a des ratés, mais c’est la vie, la chaîne audio dynamique est si puissante qu’en deux semaines il a réussi à dérégler quelques-uns des six haut-parleurs… et que dire de la radio satellite SIRIUS® à laquelle il ne s’est pas abonné.

    L’habitacle avant est spacieux, moderne, élégant et celui d’en arrière est… bien… comment dire… sale, avec des traces de bottes d’enfants partout… rempli de bout de dessins d’école déchirés, de lait séché, de jus collant, de kleenex souillés, de miettes de biscuits, de muffins et même de miettes de choses qu'il ne peut plus identifier… On y retrouve de vieilles mitaines d’enfants jadis mouillées… maintenant gelées !

    Les fenêtres, bien que teintées, permettent quand même de constater… de l’intérieur, qu’elles sont barbouillées comme ce n’est pas permis…

    Mais par-dessus tout, son hybride est… trop silencieuse !

    Elle permet d’entendre tout ce qui se passe en arrière… tout… même ce qu'il aimerait tellement ignorer !

    Olivier — Papaaa ?

    Alex — PapaAaaa ?

    Moderne — Quoi ?

    Olivier —Est-ce que c’est loin ?

    Alex —Eske es es es eske la i aloi la partie de hockey demain aplès martin ? (notez qu’Alex est capable de mettre un « r » lorsqu’il s’agit de Martin !)

    Moderne — Une demi-heure Oli ! Quoi Alex ?

    Alex —Demain papaa ?

    Moderne — Hein ? Demain quoi ?

    Alex —Aplès Martin papaa ?

    Moderne — Qu’est-ce qu’il dit Oli ? Je n’arrive pas à comprendre ce qu’il me dit ?

    Olivier —Je sais pas, je l’écoutais pas !

    Alex —Hein papa ?

    Olivier —J’ai faim…

    Moderne — Dans le sac, entre vous, il y a deux sachets de biscuits et deux boîtes de jus !

    Olivier —Cooool !

    Alex —Hein papa demain ?

    Moderne — Je ne comprends pas ce que tu me demandes Alex !

    Alex — Ayyyyyyye !

    Moderne — (Dans ma tête) Bon bon !

    Alex — Ayyyyye !

    Moderne — Qu’est-ce qui se passe là ?

    Olivier — Je ne sais pas moi ! Il veut que j’y donne mon jus et mes biscuits ! C’est les miens ça Alex !

    Alex — PapAaaa à moi pas doooooner Oyivier !

    Moderne — Franchement Oli ! Le pauvre, tu pourrais lui donner les siens !

    Olivier —Gnàaaaaa il faut que je fasse tout moi dans cette famille !

    Moderne — !?!

    Olivier —Tiennnns Alex (de façon tellement désabusée) !

    Alex — Eske eske es es… ? (bruit de boîte de jus qui tombe dans le bordel au pied des enfants)

    Moderne — (Petit regard dans le rétroviseur) Mais qu’est-ce qui se passe là ?

    Alex — Ouiiiiiinnnnnnnnn PapAaaaaa yus tombé Ouinnnnnnnn !

    Moderne — (Nuage)… Oli, peux-tu ramasser la boîte s’il te plait … ça va couler partout !

    Olivier — Gnàààaaaaa, mais là je suis attaché moi… pis je me rends pas ! Pis en plus ça coulera pas… la boîte est même pas ouverte !

    Alex — PapAaaaaaaaaaa Ouiiiiiinnnnnnnnn yus Ouinnnnnnnn tombé !

    Moderne — Alex… papa il ne peut pas là… Il conduit ! Oli, tu lui as donné comme ça sans la lui ouvrir ? Wow… Tout un grand frère !

    Olivier — Bien quoi tu ne m’as pas demandé de la lui ouvrir !

    Alex — Ouiiiiiinnnnnnnnn yus Ouinnnnnnnn !

    Moderne — Franchement Oli, regarde-le, il a encore ses mitaines ! Comment veux-tu qu’il enlève la paille du plastique et qu’il la mette dans la boîte ?

    Olivier — Gnààaàà, mais là… tu freines toutes les deux secondes… si je me détache, je vais me péter la gueule !

    Moderne — Te péter la gueule… Bon attends… mffff… reste attaché (en me garant sur le côté)…

    Alex —Ouiiiiiinnnnnnnnn yus Ouinnnnnnnn !

    Olivier — Qu’est-ce que tu fais papa ?

    Moderne — Devine calvaire ? (sortant de l’auto de façon déterminée pour faire le tour et aller du côté de la portière où est Alex… tout en profitant du moment dehors pour lâcher un… « Câlisse d’ostie de tabarnak » !!)

    Alex — Ouiiiiiinnnnnnnnn yus Ouinnnnnnnn !

    Moderne — (Ouvrant la portière)… Ben voyons Alex ! Tiens… on va enlever tes mitaines… bon, prends ta boîte de jus… on met la paille dans la tite boubouche… Non… dedans la bouche… la bouche… et voilà !

    Alex — Meeeci (en appuyant trop sur la boîte et en reversant du jus sur son manteau)…

    Moderne — Onnnn.

    Alex — Papaaaa Nooooon mouillééééé Ouiiiiiinnnnnnnnn!

    Moderne — Bon ahhhhhrgggh ! Oli, donne-moi donc la boîte de kleenex qui devrait être à tes pieds !

    Olivier — Bien là papaaa, je suis attaché…

    Moderne — Oli (dans ma tête – « Ostie »), on est arrêté là… détache-toi et prends-la !

    Olivier — Gnàaaaààà (premier nuage à vie d’Oli…) ! Tiens (en me donnant une boîte complètement mouillée, dégoulinante de gadoue) !

    Moderne — Tu ne pourrais pas un peu regarder où tu mets les pieds Non ? Regarde l’état de la boîte !

    Olivier —  (Nuage…) !

    Fermer la porte et retourner à sa position de chauffeur… l’air hagard…

    Moderne — C’est beau les gars, on peut y aller ?



    Retrouver soudainement le silence de l’hybride… Penser à toute cette tension dans l’habitacle… Avoir envie de détendre l’atmosphère par une conversation intelligente !

    Moderne — Alors Oli, à l’école aujourd’hui ?

    Olivier — Bien quoi ?

    Moderne — Ça c’est bien passé ?

    Olivier — Bien oui !

    Moderne — Qu’est-ce que tu as fait ?

    Olivier — Rien !

    Moderne — Comment ça rien ?

    Olivier — Bien rien ?

    Moderne — Ben voyons ?

    Olivier — Bien là, je sais pas moi… je m’en rappelle plus !

    Moderne — (Nuage…) !

    22février 2016
    blog_shape
    Les pénis ce n’est PAS mon département ! OK là !

      L’heure du bain quotidien…bien sûr au « masculin », c’est à dire entre gars, straight to the point, bien moins long qu’au « féminin ». Un peu plus rough, moins de mousse, peut-être plus de pleurs, mais tout aussi propre avec dix minutes de plus en banque ! C’est généralement ma tâche et je sais la faire !

    Arrive le tour du savonnage du plus grand que je frotte sans retenue aucune (faudrait que je me trouve un gant de crin). Quand soudain…

    Olivier — Ehh non papa, le pénis c’est pas nécessaire aujourd’hui !

    Moderne — !?!

    ***Moment inopiné de réflexion intérieure***

    Moderne — (dans ma tête) Se pourrait-il que la gêne se pointe le bout du nez ce soir ? Ça tombe presque bien parce que justement, je commençais à me gêner moi-même de laver la « patente » !

    ***Retour à la réalité***

    Moderne — Ah bon ? Pas ce soir ? Et pourquoi donc ?

    Olivier — Ben ça me chatouille trop.

    Moderne — !!! (Dans ma tête) oufffff !

    Entendre l’intervention inattendue de « l’autre quart de famille »…

    L’autre quart de famille — Justement Moderne, je me demandais si tu lui tirais bien la peau pour bien la lui nettoyer ?

    Moderne — Gulp !…

    L’autre quart de famille — C’est parce que moi, tu sais… Je ne fais pas vraiment cela et je me disais… que… comme toi tu as un pénis alors tu devais surement savoir mieux le faire que moi !

    ***Tout le monde, y compris Alex, se regarde en silence***

    Moderne — Ehhhh ?!?…

    L’autre quart de famille — Quoi ?

    Moderne — Ben là ! Franchement ! (L’air agacé plus par fuite en avant que d’autres choses).

    Voir « l’autre quart de famille » s’en aller d’un air décidé et visiblement frustrée !

    ***Moment de remord face à l’implication bien intentionnée de « l’autre quart de famille », mais qui a été mal reçue par ma personne***

    L’homme moderne — Bon ok. Reviens là, je m’excuse. Je n’ai pas bien réagi. Alllllez…

      ***Marche arrière de « l’autre quart de famille »***

    Moderne — Bon, qu’est ce que tu veux savoir au juste ?

    L’autre quart de famille — Ben as-tu montré à Olivier comment se nettoyer le pénis tout seul. Je veux dire en se tirant la peau ?

      Moderne — Ben là ! Il le sait, pas vrai Oli ?

    Olivier — ???

    L’autre quart de famille — Oli, montre-nous pour voir ?

    Moderne — Ben là !

    Olivier — Je sais pas Maman ? Comme ça ? (En tirant du plus fort qu’il peut sur la peau de sa trompette)

    Moderne — Ehhhh no-nonnn Oli, pas vers l’extérieur, vers l’intérieur !

    Olivier — Ahhh comme ça ? (En ce faisant presque un nœud dedans)

    Alex — Ya dedannnnnns a gui Papaaaaàa ? (de rajouter Alex et en se levant pour imiter son frère à se tirer et se plier le « machin chouette »)

    ***Trouver la scène complètement surréaliste***

    L’autre quart de famille — Moderne, montre lui comment. C’est ton département, ça !

    Moderne — Les pénis c’est mon département ?

    L’autre quart de famille — Ben c’est toi qui en a un, pas moi !!

    Moderne — Ben oui… mais là !

    L’autre quart de famille — Mais là quoi ??

    Moderne — Ben là… la leur est… est… est pas comme la mienne… tsé, c’est pas pareil…

    L’autre quart de famille — N’importe quoi !!!

    Moderne — Quoiiii ? C’est vrai, moi je suis circoncis. J’ai pas de… de… je sais pas moi… de trop de peau…

    Olivier — J’ai trop de peau dessus, moi ?

    L’autre quart de famille — Ben non Oli. T’es normal, t’inquiètes, c’est celui à Papa qui lui manque un « boute » !

    Moderne — BON ASSEZ LÀ!  LES GARS ARRÊTEZ DE VOUS LA TRIPOTER OK.

    L’autre quart de famille — Moderne, voudrais-tu lui montrer, SVP ?

    Moderne — Ok !

    ***Scène effacée de ma mémoire d’homme***

    Moderne — Bon écoute là, je veux bien là… mais y a t-il moyen que tu ne restes pas dans le cadre de porte ? On est comme pas à l’aise, là !

    L’autre quart de famille — Bon… (En s’en allant)

    ***Autre scène… cette fois effacée de ma mémoire de père !***

    Moderne — « Quart de famille » ?

    L’autre quart de famille — Quoiiiiii ?

    Moderne — Regarde-là… oublie ça pour ce soir… ça ne marche pas pantoute là !

    ***Moment de silence***

    Suivi d’une exclamation de rire simultanée !

    Olivier — Papaaa ? Montre-moi ton pénis pour voir comment il est différent du mien ?

    Moderne — (Nuage)… Laisse faire !

    21février 2016
    blog_shape
    Ras-la-bol de la dernière goutte !

    Depuis que « la bol » existe, les femmes de ce monde s’indignent de l’insalubrité générée par l’indifférence, la rapidité et le manque d’habileté avec lequel un homme ou un garçon peut cochonner le petit coin. Force est de constater que le genre masculin est d’un général fort occupé ! Il est pressé par la vie et toute sorte de choses importantes… comme la reprise du hockey après la pause publicitaire, ne pas manquer la blague que ses copains racontent ou encore, pour les plus petits des virils, simplement rejoindre leurs aventures de figurines avant que… je ne le sais pas moi, avant qu’ils ne se mettent à bouger tout seul...

    Dès lors, il est facile de comprendre que toute cette hâte, pour ces choses importantes de la vie, génère quelques dommages collatéraux là où la vierge Marie en personne aimerait que tout soit d’une propreté divine (au cas où une petite envie de faire une sieste dans l’endroit la prenne). Tous les hommes de ce monde, qu’ils soient modernes ou des cavernes ont déjà subi les foudres de l’inquisition féminine sur le sujet ! Ce, pour la simple raison que tous les hommes de ce bas monde, même le plus métro sexuel, celui qui n’admettrait jamais en public qu'une goutte puisse éclabousser le couvercle, cochonne à son propre insu le domaine de la vierge !

    Ceci dit, dans un monde parfait où l’équilibre familial ferait la paire, je me la fermerais, ne serait-ce que par simple solidarité masculine… Or voyez-vous, étant donné que la vierge Marie n’a pas pignon chez Moderne, et qu’au lieu, la demeure transpire la testostérone… Moderne se doit, par souci pédagogique (et de propreté), d’enfiler ses atouts féminins afin de tenter de faire régner l’alignement des écoulements dans le ruisseau des restes de vie ! Faire autrement serait s’abandonner à la déchéance d’une vie avec trop d’éclats !

    Moderne — OLIIIIIIII !

    Olivier — Quoiiii ?

    Moderne — VIENS ICI !

    Olivier — Quoiiiii ?

    Moderne — VIENS I-CI !

    Olivier — J’arriiiiiive !

    Moderne — TOUT DE SUITE !

    Olivier — Oui oui… quoiii ? Je suis là ! C’est pas nécessaire de crier !

    Moderne — C’est quoi ça ?

    Olivier — ?!?

    Moderne — C’EST QUOI ÇA ?

    Olivier — Une toilette ?

    Moderne — ÇA ?

    Olivier — ?!?

    Moderne — ÇA ?

    Olivier — Un couvercle de toilette ?

    Moderne — ÇA LÀ LÀ ?

    Olivier — ?!? Une tâche ?

    Moderne — Une tâche de quoi ?

    Olivier — Ehhh de pipi. Mais c’est pas moi papa j’te jure ! C’est Alex !

    Moderne — (Nuage)… Oli, Alex il n’est pas un quart propre ! C’est moi qui le met sur « la bol », il fait pipi assis et en plus, il a un siège d’appoint avec un petit protège éclaboussures !

    Olivier — Je te jure papa c’est Alex, je l’ai vu faire l’autre jour !

    Moderne — Pourquoi faut-il que tout soit toujours la faute de ton frère ?

    Olivier — J’te jure papaaaa… gnàààà, tu me crois jamais.

    Moderne — Et ça c’est quoi là ?

    Olivier — Gnààà du pipi !

    Moderne — Et ça là, par terre ?

    Olivier — (De moins en moins fort) Du pipi !

    Moderne — Et là, sur le mur derrière « la bol » ? Je te gage que c’est Alex qui fait des cabrioles avec son zizi pour arroser le mur ?

    Olivier —…

    Moderne — Bon… On fait quoi là ?

    Olivier — ? On fait plus pipi ?

    Moderne — (Nuage)… On nettoie ! Ça c’est un linge, ça c’est le Hertel ! Maintenant, tu nettoies !

    Regarder sans remords le pauvre petit apprendre à frotter les rudiments de ses éclaboussures !

    Moderne — Dorénavant, si tu as la tremblote, ou encore que tu ne crois pas avoir le compas dans l’œil, essaye de faire pipi assis !

    Olivier — Assis comme une fille ?

    Moderne — Non, assis comme un gars qui ne sait pas faire pipi dedans ! Ça n’a pas de sens Oli… Quand la Belle visite d’outre-mer était ici, elle m’a même fait la remarque qu’elle trouvait des gouttes de pipi partout sur « la bol »… en haut et en bas ! C’est gênant comme ça ne se peut pas ! Pis comme Alex ne fait pas pipi en haut… tu ne peux pas me dire que c’est lui !

    Olivier — Et si c’était toi ?

    Moderne — Pis en plus tu vas me dire que je ne sais pas pisser moi !

    Olivier — Oui mais papa j’te…

    Moderne — Frotte ! Je veux ça soit Spic’n Span ! J’veux que ça shine !

    Une heure plus tard…

    Moderne — Alex, tu n’aurais pas envie de pipi par hasard ?

    Alex — Huuuum oui toiyette !

    Moderne — Bon, vient ici, on va baisser ton pantalon ! Tiens, on met le siège de Flash McQueen et hop !

    Olivier — PAPAAAAA !?

    Moderne — Je suis occupé avec Alex à la toilette là !

    Olivier — VIIIITE !

    Moderne — Bon, quoi encore ! Attends Alex, reste bien assis, tiens-toi bien le zizi je reviens ! (en me dirigeant vers la cuisine) Quoi Oli ?

    Olivier — Regarde, toutes mes boîtes de jus pour mes lunchs sont bues !

    Moderne — Alex ? (En me redirigeant vers la toilette) C’est toi Alex qui a bu les boîtes de jus d’Oli ?

    Entrer dans la salle de bain et constater avec effroi que le petit se tient le zizi bien droit et fait le pompier sur tout ce qui l’entoure…

    Moderne — ALEEEEX ton zizi !!

    Alex — ?!?

    Moderne — Pas par en haut ! Par en bas !!! NOOOOOOONNN dans les toilettes ! Câlissssse !

    Alex — Beau pipi papaaaàa ?

    Moderne — (Nuage)…

    19février 2016
    blog_shape
    C'est très important de comprendre la génétique des choses...

    Il y a 2,5 millions d’années, des suites d’une mutation génétique, apparaissait en Afrique une espèce bien particulière… l’homme ! Sa gigantesque capacité à s’adapter à son environnement, le fait qu’il apprit à marcher et par la suite à courir… allait… progressivement… le pousser à conquérir et quitter l’Afrique pour découvrir le monde et ses splendeurs !

    Des somptueuses plages méditerranéennes, le genre masculin de l’espèce entraînera les siens dans la découverte de la planète, confiant en son avenir et convaincu de sa supériorité notamment sur le genre féminin.

    Le type homo du genre masculin se couronne rapidement protecteur de sa famille et préfère de loin les courtes tâches dites épuisantes aux multiples tâches redondantes qu’il laisse volontiers à ses pairs du genre féminin (celles-ci rusées comme le renard en profiteront d'ailleurs, pour subtilement, développer des aptitudes multitask à l’insu du genre masculin). Avec son coffre à outils, l’homo masculin apprend à chasser délaissant au plus « sacrant  » les framboises pour de gigantesques côtes levées dont il est le seul à posséder la recette sur la braise.

    Malheureusement pour le genre masculin de l’espèce, une ombre se pointe au fil du temps… C’est que l’apparent statut de chef de famille l’a amené à délaisser le développement de ses capacités organisationnelles, et ce, au profit d’une gestion du temps plutôt illusoire et axée sur les loisirs de masse… ou encore sur l’absurdité du jeu !

    Le temps qui passe donne des ailes à l’indépendance du genre féminin et tranquillement les rôles traditionnels s’effacent : la coutume disparaît au profit de l’individualisation puis l’ère des choix engendre la redistribution des rôles de la famille. Ainsi, après des millions d’années au masculin, le féminisme vient subitement chambouler l’espèce humaine et provoquer une nouvelle mutation génétique.

    Apparaît alors une nouvelle espèce d’homme : l’homme moderne ! Celui-ci semble plus fragile que les espèces précédentes… notamment parce qu’il semble mal outillé à affronter ses nouveaux défis. Ces mêmes défis qu’il laissait volontairement de côté parce qu’appartenant au domaine de la femme. L’homme moderne amène alors les enfants à l’école, fait les courses, la cuisine, les « brassées  », les devoirs, le ménage et s’occupe même du jardin. Il plie, range, savonne, lit des histoires et abandonne progressivement ses atours de chef de famille… Conciliant, l’homme moderne accepte avec ouverture son nouveau rôle familial jusqu’au jour où… le tonnerre gronde à nouveau et que la génétique (re)brouille les cartes donnant naissance à une nouvelle espèce… Ainsi naît, dans la souffrance, l’Homo monoparentalis… Celui qui, par la force des choses, fera tout différemment, au grand dam de l’espèce entière !

    Olivier — (En me regardant tout nu) PapÀaaa ?

    Moderne — Quoiiii ?

    Olivier — Il est où mon pyjama ?

    Moderne — Au lavage !

    Olivier — ?!?

    Moderne — Quoi ?

    Olivier — Bien je mets quoi moi là ?

    Moderne — Bien ton pyjama ?

    Olivier — Sale ?

    Moderne — Anyways quand bien même il serait propre, après le petit déjeuner demain matin il va être sale ! Je ne vais quand même pas faire une « brassée  » tous les jours de la semaine !

    Olivier — Mais chez maman, mon linge est toujours propre !

    Moderne — Bien chez maman c’est chez maman et ici, c'est ici !

    Olivier — ?!?

    Alex — PàPaÀaaa ?

    Moderne — Oui Alex ? Qu’est ce que je peux faire pour toi là…

    Alex — Kèeèèeme !

    Moderne — Kème ?

    Olivier — Crème il dit !

    Moderne — Crème ?

    Olivier — Oui crème, il veut que tu le crèmes !

    Moderne — Que je le crème !!! Ct’une blague là ?

    Olivier — Bien non, maman, elle nous crème toujours elle !

    Moderne — (Nuage)… Je n’ai pas de crème Alex ! À part la crème de Zinc ou de la crème à barbe, je ne vais quand même pas te crémer à la crème de Zinc !

    Alex — Ouiiiiiiiiii papÀaaa !

    Moderne — Non Alex, je n’ai pas de crème, désolé !

    Alex — Ouiiiiiinnnnnn

    Moderne — (Nuage)… Bon assez l’envie de crémage, le pleurnichage et compagnie ! Là, c’est les dents et dodo !

    ***Gnàààà synchronisé !***

    Moderne — Tiens pour faire changement les gars je vous propose de vous faire la lecture tous les deux en même temps !

    Olivier — Gnààà, chez maman quand c’est le temps du dodo, c’est chacun son tour, les histoires sont longues et elle nous fait des caresses pendant longtemps !

    Moderne — (Nuage)… Ouin ben chez maman tu ne joues pas à la XBOX, ça fait que lâche-moi un brin avec « chez maman  ». Ici c’est chez papa pis ça marche à ma façon ! Allez chercher vos doudous pis ça se passe dans le salon !

    Quelques instants plus tard !

    Moderne — C’est quoi ça ?

    Olivier — Bien c’est le livre que maman nous a donné et qu'on aimerait que tu lises !

    Moderne — Donne… « Notre vie de famille a bien changé !»… C’est quoi là ? Un message ? (Nuage)…

    19février 2016
    blog_shape
    Parce que tout est une question de chiffres

    Réveil, 6 h 32 a.m. Calcul de la cafetière : OK pour 2 tasses; Température ambiante : 19 Celsius; augmentation de 4 Celsius requis pour calmer les 2 frissons qui me parcourent le corps; Temps requis pour entendre le premier « paPâaaaaaaa » : 2 min 23 sec; Temps requis pour ma réponse: un autre 2 min 45 sec; Temps requis pour entendre le premier bougonnement du plus vieux : Surprenant !, 5 min 34 sec, nous progressons, c’est positif !; Nombre de frissons suivant l’urination : 3; Température de l’eau en se lavant les mains : frette en criss ; Nombre de bagels dans le grille-pain : 3; Quantité de fromage Philadelphia sur les bagels : 65 grammes; Poids de la couche pleine du Manneken-Pis : 2.2 livres; Temps requis pour le changement de couche : 24 secondes et 7/100e; Temps requis pour voir le bagel du plus jeune voler dans les airs : 57 secondes; Distance du vol du bagel : 1, 23 m; Temps requis pour que le plus vieux mange le sien : 23 min (nuage)…; quantité de multivitamines inutiles consommées par les enfants : 2; leur coût : 15 cents l’unité, calcul mental de ce coût réparti sur 10 ans (365 x 15 cents x 10 ans x 2 enfants) : 1 095 $ Wow ! ; Nombre de fois où je dois me répéter pour que le plus grand s’habille : 7; Nombre de soupirs que j’émets : 12; Nombre de push-up : 35 (Ok… 30); Temps requis pour habiller le plus petit : 1 min 47 sec; Temps pris par « l’autre quart de famille » dans la douche : 12 min; Pour s’habiller, se déshabiller, tergiverser et se rhabiller : 19 min 14 sec; Temps moyen me restant pour ma propre douche et m’habiller (si on projette la suite de la logistique style brosse à dents et « machin chouette ») : 7 min...

    Respire Moderne.... respire !

    Nombre de « noooooooon » émis par le petit jusqu’à ce stade de la jeune journée : 64; Temps requis pour le brossage de dents de la marmaille : 5 min 28 sec; Température extérieure : -11 Celsius; Nombre de courriels reçus dû au décalage horaire entre ici et l’Afrique du Sud : 31; Diminution de 4 degrés Celsius de la température ambiante avant le départ; Nombre de sacs à ordures à sortir : 2; Quantité de petites croquettes mises dans le bol du chat : incalculable; Nombre de push-push de parfum : 3, +1 pour la luck; Nombre de sourires involontaires émis jusqu’à présent : 0; Pulsation cardiaque par minutes : 87; Indice d’enthousiasme 0,8/10; Poids médicamenteux ingurgité : 15 mg; Indice de confiance en soi : 8,7/10; Temps requis pour sortir la marmaille et la mettre dans l’auto : 2 min 40 sec; Nombre de fois où je me répète pour que le plus grand s’assoit : 4; Nombre de cigarettes déjà fumées : 1; Essence restant : ¼; Heure normale de l’Est : 8 h 19 a.m.; Heure à Johannesburg : 3 h 19 p.m.

    L’homme moderne — (Nuage)…

    19février 2016
    blog_shape
    Dis-moi quel est ton nom, je te dirai d’où tu viens (Essaye pour voir !)

    Moderne est fier de ses origines, mais par-dessus tout Moderne est opportuniste de ses origines ! La plupart du temps, il est Québécois ! Il peut lui arriver, en cachette, d’être canadien ! Il est forcé quelques fois d’avouer qu’il est Tunisien, mais en Tunisie, il l’est volontiers ! Pour faire l’intéressant, il raconte à qui veut l'entendre qu’il est aussi originaire de la Turquie et de la Géorgie tout en précisant que la région dont il parle s’appelle le Lazistan et que les Laz formaient jadis un véritable peuple autonome de grands guerriers cosaques. Ils avaient même une langue et une musique bien à eux ! Il arrive également à Moderne de dire tout bas qu’il est d’origine franco-ontarienne, d’Hawkesbury pour être précis et que cela ne doit pas être si bête de venir de là si Jean Leloup en parle dans une chanson.

    Cependant, toutes ces origines n’ont pas été sans heurts pour le développement identitaire de Moderne. Déjà le petit Moderne à quatre ans était confronté au fait de devoir faire un choix sur ses origines…

    Parc Lafontaine, Longueuil, 1979

    Mauvais garçon de quartier — Aye Moderne, dis-nous donc, ton père là ? Il est Tunisien ou électricien ?

    Rires généralisés…

    Moderne — ?!? Heuuu… Heuuuu… électicien !?

    Nouveaux éclats de rire généralisés !

    Force est de constater que de venir de plusieurs endroits peut être troublant et même choquant… Amin Malouf l’avait d’ailleurs remarqué en s’indignant contre le fait que, dans la vie de tous les jours, il faut faire des choix sur ses origines et que ce faisant, nous nions une partie de nous… Toujours est-il que la communion de certaines des origines de Moderne semble inconcevable pour certaines personnes !

    Paris, 1er arrondissement, décembre 2009...

    Moderne — (Au téléphone sur le trottoir) Salut c’est Moderne, bon t’es pas là, alors rappelle-moi quand tu peux… il est 21 heures et je suis à Paris, tu peux me rejoindre sur mon cell !

    Constater qu’un couple me regarde la bouche ouverte !

    Moderne — Oui ? Je peux vous aider ?

    Inconnue française — Ça alors ! Un « Rebeu » à l’accent Québécois ! Ma parole on aura tout vu !

    Inconnu français — Mais arrête, il va se fâcher !

    Moderne — ?!?

    Bien que Moderne, par souci d’allègement du fardeau identitaire, ait voulu s’assurer que ses enfants n’aient pas dans leur nom une phonétique tropicale, il était évident que la crise identitaire allait génétiquement se transmettre !

    Beloeil, février 2013...

    Moderne — Oui c’est pour Olivier Laz, première année, groupe de Guigui !

    Service de garde — D’accord ! En tous les cas vous avez un garçon tellement charmant !

    Moderne — Merci !

    Service de garde — Et gentil !

    Moderne — Oui des fois !

    Service de garde — Et tellement allumé et plein d’imagination !

    Moderne — Oui… merci !

    Service de garde — Il connaît tellement l’histoire et la géographie pour son âge !

    Moderne — Oui, c’est peut-être parce que son père travaillait en Afrique et il lui parle beaucoup de ce continent !

    Service de garde — Je vois… peut-être trop même !

    Moderne — Pardon ?

    Service de garde — No-non c’est juste que l’autre jour, il disait à qui voulait l’entendre qu’il venait d’Afrique !

    Moderne — Et ?

    Service de garde — Bien comme les autres enfants voient bien qu’il n’est pas noir, ils se moquaient un peu de lui et ça l’a rendu un peu tristounet !

    Moderne — ?!? Mais il a des origines africaines !

    Service de garde — Ah, c’est parce que ça ne paraît pas dans son teint ! Tiens le voilà notre beau Oli ! Ça ne paraît pas non plus dans ses yeux ! De beaux grands yeux bleus ! Ça doit être les yeux de sa mère ça, hein ?

    Olivier — De quoi ?

    Moderne — (Nuage)… Non sa mère a les yeux bruns foncés, mais mon arrière-grand-mère, qui était africaine et n’avait pas la peau noire, avait toutefois les yeux bleus clairs !

    Service de garde — ?!?

    Moderne — Merci bonne soirée !

    Olivier — De quoi les yeux papa ?

    Moderne — Non rien, on parlait de tes origines ! En passant, bonjour ça va ?

    Olivier — Oui ça va ! Et qu’est-ce qu’elles ont mes origines ?

    Moderne — Elles sont multiples !

    Olivier — Multiples de quoi ?

    Moderne — Multiples, c’est tout! Dis-moi, les amis ont ri de toi l’autre jour à propos de tes origines !

    Olivier — Bof, oui un peu.

    Moderne — Pourquoi ?

    Olivier — Ben j’essayais de leur dire que je venais d’Afrique, mais ils ne me croyaient pas !

    Moderne — C’est parce que lorsqu’on parle de l’Afrique les gens s’imaginent juste des lions et des gens à la peau noire !

    Olivier — Est-ce qu’il y a des noirs en Tunésie papa ?

    Moderne — On dit Tunisie Olivier ! TU-NI-SIE ! Oui il y en a, mais moins que les gens à la peau pâle !

    Olivier — Et en Afrique du Sud, il y a des gens à la peau noire ?

    Moderne — Oui, beaucoup plus que des gens à la peau pâle ! Mais tu sais, la couleur de la peau ça ne change pas grand-chose !

    Olivier — Est-ce que chaque pays à sa couleur de peau papa ?

    Moderne — Bien non Oli, mais il existe de grands ensembles de complexion et de teints de peaux !

    Olivier —Moi j’ai quelle confection de teint ?

    Moderne — Complexion Oli! Toi, je dirais cuivré pâle où encore olive !

    Olivier —Donc chaque origine a un teint de complexion !

    Moderne — Genre!

    Olivier — Moi là papa, Je suis vraiment Tunésien ?

    Moderne — Oui Olivier, tu es Tunisien et tu as même un passeport !

    Olivier — Et suis-je canadien ?

    Moderne — Oui Olivier, tu es canadien parce que tu es né ici et que tu y vis… et aussi parce que ta maman et ton papa sont aussi canadiens !

    Olivier — Et Québéquois ?

    Moderne — Aussi !

    Olivier — J’ai aussi un passeport québécois ?

    Moderne — Non pas encore !

    Olivier — Tu en as pas fait la demande ?

    Moderne — Non, c’est parce que le Québec ça n'est pas un pays, c’est une province !

    Olivier — Et les provinces ça n'a pas de passeport ?

    Moderne — Non Olivier !

    Olivier — Et est-ce que je suis Français ?

    Moderne — Non, tu n’es pas français !

    Olivier — Alors pourquoi je parle français ?

    Moderne — Parce que les colons qui sont venus s’établir dans cette partie de l’Amérique en premier, c’était des français ! Et nous sommes leurs descendants !

    Olivier — Donc je suis aussi un colon ?

    Moderne —Non, être un colon ce n’est pas une nationalité !

    Olivier — Et là, ils sont où les français ?

    Moderne — Bien, ils sont partis il y a longtemps pour la Guadeloupe.

    Olivier — Pourquoi ?

    Moderne — Parce que là-bas il y avait du sucre et ici il y avait seulement de la neige !

    Olivier — Juste de la neige ?

    Moderne — Oui !

    Olivier — Pas d’arbres ni d’animaux…

    Moderne — (Nuage)… Disons simplement qu’ils sont partis parce qu’il faisait plus d’argent ailleurs. Et aussi parce qu’ils ont perdu la guerre !

    Olivier — La guerre ? Contre qui ? Les Chinois ?

    Moderne — Non, les Anglais !

    Olivier — D’anglais terre ?

    Moderne — Oui d’Ang(LE)terre !

    Olivier — Alors les Français sont partis, mais ils ont laissé le français ici ?

    Moderne — Ouf Oli, ça commence à être compliqué l’affaire là !

    Olivier — Donc moi je suis un Canadien qui parle français avec un passeport tunisien qui parle pas arabe et avec un passeport québécois qui parle français sans être français et sans passeport !

    Moderne — ?!?

    Olivier — C’est ça papa ?

    Moderne — Genre !

    Olivier — Et toi papa, t’es quoi ?

    Moderne — Moé… J’tun canadien québécois… Un français canadien français… Un Amaricain du nord français… Un francophone, Québécois canadien… Un Québécois canadien d’expression française, française…Un Canadien français, d’origine britannique…

    Olivier — ?!? Tout ça ?

    Moderne — Et bien plus Oli ! Pourquoi ?

    Olivier — Bien parce que t’as la peau presque de la même couleur que moi ! Si tu étais tout ça, tu aurais plutôt deux ou trois couleurs de peau !

    Moderne — (Nuage)…

    19février 2016
    blog_shape
    Two-five-four-six-o-one-one

    Moderne - Sérieux là, je pense qu’il est vraiment temps que tu apprennes l’anglais Oli !

    Olivier - J’aime pas ça l’anglais !

    Moderne - Comment ça tu n’aimes pas !

    Olivier - J’aime pas ça, c’est tout !

    Moderne - Voyons Oli, tu peux ne pas aimer les champignons, la pluie… ou je ne sais pas… mais l’anglais… st’un moyen de communication… tu ne peux quand même pas ne pas aimer communiquer !

    Olivier - Mais je ne comprends rien en anglais !

    Moderne - C’est justement pourquoi je te dis qu’il est grand temps d’apprendre !

    Olivier - J’essaye…!

    Moderne - Ouin… je pense que tu n’essayes pas fort moi ! Et si on choisissait une journée par semaine où on parlait simplement en anglais…

    Olivier - Ben là !

    Moderne - Ben là quoi ?

    Olivier - Ben là… ça veut dire qu’il y a une journée où je ne pourrai pas parler !

    Moderne - Comment ça ?

    Olivier - Ben parce que je ne parle pas anglais… faque si je ne parle pas anglais je ne pourrai pas parler !

    Moderne - On dit pas faque Oli… on dit alors !

    Olivier - Je le sais !

    Moderne - Pis en anglais alors c’est «So» !

    Olivier - « So » !

    Moderne - Tiens… comment on dit soleil en anglais ?

    Olivier - Soleil ? ehhh « Sky » ?

    Moderne - Non… « Sky » c’est ciel !

    Olivier - « Sky » c'est ciel ?

    Moderne - So How do we say « soleil » in french ?

    Olivier - Hein ?

    Moderne - (Nuage...) Criss… ça s’appelle comment le soleil en anglais ?

    Olivier - « Claude » ?

    Moderne - « Cloud » olivier Clouuuuuud pas « Claude »… mais « Cloud » c’est pas le soleil ça… ! C’est quoi « cloud » ?

    Olivier - Le ciel ?

    Moderne - Ben non esti… calvaire… ce n’est pas compliqué... pourtant ! « Sky » c’est ciel ! « Cloud » c’est nuage ! Pis « SUN »... , « SUN »… c’est le soleil… « SUN » !

    Olivier - Ok là, fâche-toi pas !

    Moderne - Ben oui mais… fais un petit effort au moins !

    Olivier - Ben là on fera ça une autre fois !

    Moderne - Une autre fois !? Pis on dit ça comment une autre fois en anglais ?

    Olivier - Heuuu… Autresss foi ?

    Moderne - (Esti... J’hallucine… je pense que je vais faire un accident… c’est pire que des textos au volant ça)! On dit « Another time » !

    Olivier - « Anoder Tim » ?

    Moderne - « Annnother »… Annnno ze RRRR TimEEEEE....

    Olivier - Ok…

    Moderne - Ok quoi ?

    Olivier - On fera ça une autre fois !

    Moderne - Toujours remettre à demain ce que tu peux faire maintenant hein ?

    Olivier - Arghhhhh !

    Moderne - Pffff… Chialeur…

    Olivier - On arrive tu bientôt là j’ai envie, faut que j’aille aux toilettes !

    Moderne - On dit ça comment toilettes en anglais ?

    Olivier -Toilettes ?

    Moderne - « Toilets »… Toyyyyeletssss ! Ok et puis salle de bain… ?

    Olivier - Ah… ça c’est facile ! Je m’en rappelle !

    Moderne - Ah ouin ? Vas-y donc ?

    Olivier - On dit Brothen

    Moderne - Quoi ??!! Brothen ??

    Olivier - Ben… ouin là... à-peu-près là !

    Moderne - OK… 254-6011 pis ça urge !

    19février 2016
    blog_shape
    Je fulmine contre le concept de la « Hockey mom ». Elle est où Sarah Palin pour qu’elle amène mon gars au hockey ?

    Rappelez-vous la scène sur votre écran de télévision : la porte du Tim Horton qui s’ouvre… le fiston et le papa qui entrent… la caissière, presque trop belle pour ne pas être un modèle, le sourire radieux avec la caméra centrée sur ses lèvres pulpeuses… la rangée de beignets colorés, parfaits… le gros plan sur la cafetière… la fumée qui donne envie d'un bon café… le papa et le fiston qui vient juste de finir sa partie de hockey… qui choisissent ensemble un « beigne » dans un trop plein d’amour paternel… Quel papa ne s’est pas déjà imaginé en Walter Gretzky… le paternel de Wayne… à savourer les joies de la paternité d’une future étoile de notre sport national !

    Ouin… ben Tim Horton là… il nous utilise comme de la vulgaire marchandise. Il nous fait miroiter un rêve pathétique : passer un moment avec son gars à manger un « beigne » et boire un café avant ou après une partie de hockey! (Nuage)…

    Comme si ça se passait comme ça…

    Tenter de se mettre en branle à 5h45 du matin pour un match de hockey à Saint-Hyacinthe… alors qu’à l’extérieur, une neige légère tombe lentement sur la quiétude de la Rive-Sud de Montréal !

    Moderne — Oli allez là…, on va être en retard !

    Olivier — Gnàààà mais pourquoi c’est de bonne heure de même ?

    Moderne — Arrête de chialer et va mettre tes petites culottes et tes bas !

    Olivier — Gnàààà mais je sais pas sont où ?

    Moderne — Sur ton lit… ils n'ont sûrement pas bougé depuis que je te l’ai dit il y a cinq minutes !

    Olivier — Gnààààààà...

    Moderne — (Nuage)…

    Alex — PapàAaa ?

    Moderne — Alex, enlève les culottes de hockey à ton frère ! Tu en auras quand tu joueras au hockey. (Dans ma tête) Et merde qu’est-ce que je viens de dire !

    Alex — PapÀa moi jouer à la glosse aléna ? Hein PapÀa ?

    Moderne — (Absence de réponse volontaire)…

    Alex — Hein papÀaa ? Moi dans glosse aléna avec Zamboni ?

    Moderne — Non, toi Alex, je pense que tu vas jouer au soccer ! Ou mieux encore je vais te faire pratiquer l’escrime (Pas bête ça… les escrimeurs… je suis certain qu’ils ne se lèvent pas à 5h30 du matin pour aller se les geler) !

    Alex — !?!

    Moderne — Bon Oli, ça va avec les bas là ? Parce que sinon on n'aura pas le temps d’arrêter chez Tim Horton !

    Olivier — Gnààààà Il faut que je les déplie… mes bas sont tous en « tapon » !

    Moderne — (Nuage)… Bon…, il va falloir que je te mette tes bas en plus ?

    Olivier — Gnàààà chez maman les bas ne sont pas pliés comme ça !

    Moderne — Aye sérieux, un autre « Gnààà » pis je retourne me coucher !

    Olivier — Nooooon… je me dépêche… Gnààààà ALLLLEX lâche mes gants !

    Moderne — Veux-tu bien laisser ton frère tranquille pis t’occuper de mettre tes bas Tabarnouche !!

    Olivier — Gnàààà !

    Moderne — Bon ça y est… je disjoncte… arrangez-vous avec vos niaiseries… Habillez-vous tout seul… vous me ferez signe quand vous serez habillés et prêts à partir !

    Olivier — Noooooon papa, je me dépêche promis !

    Alex — Vas-tu aloir la Zamboni papàa ?

    Moderne — (Exaspéré, pas réveillé et désenchanté) Je ne le sais pas Alex… je ne le sais pas… je… ne… le… sais… pas ! Il est 5h50 pis je n’ai même pas pris mon café donc lâche-moi l’existence avec la Zamboni !

    Alex —Tu sais pas papàa ?

    Moderne — (Nuage)…

    Olivier — Tiens, ils sont mis mes bas…

    Moderne — Wow ! Allez viens ici ! Mets les combines !

    Voir son fils se battre maladroitement avec les combines de hockey qu’il met pour la 194e fois !

    Olivier — Quoiiiii ? Ça rentre mal !

    Moderne — (Nuage)… Bon lève la jambe, tiens… Lève l’autre jambe… tiens… hein… que c’est difficile (sarcastique) ! Bon, les jambières maintenant… Allo!!! Tu peux te tenir droit s'il te plaît ?

    Suit une bataille de tranchées avec les bas de hockey, le tape qu’il ne faut pas mettre trop serré ou trop « lousse », les culottes, les bretelles, les épaulettes, les coudes, le protège cou, le chandail qui se prend toujours dans les épaulettes…

    Soudainement me vient une envie de dire quelque chose à Olivier. Une envie paradoxalement à l’opposé de mes propres valeurs. Voyez-vous, les parents trop intenses avec leur jeune sur la glace, ça m'irrite (même s’il m’arrive de l’être) ! Tsé, ceux qui pensent que leurs enfants doivent déjà faire des sacrifices (se discipliner oui… se donné oui… mais les sacrifices bonyenne) ! Ceux qui s’imaginent que la ligue nationale est au bout du tunnel ! Ceux qui cherchent les dépisteurs des grandes équipes à la sortie de l’aréna ! Olivier à maintenant 8 ans, et bien qu’il soit vraiment bon au sein de son équipe, l’important c’est le plaisir… pas d’illusions sur ses gênes ! S’il a du Gretzky sous le nez, je suis certain que je serais le seul à le détecter. N’empêche que… (un père c’est un père… criss on ben le droit de rêver ) !

    *** Juste pour me faire mentir***

    Moderne — Aye sérieux là… pendant le match, lance-toi pas par terre pour rien là ! Quand tu fais ça tu te sors du jeux !

    Olivier — T’es pas mon coach !

    Moderne — Entraineur Oli, Entraineur !

    Olivier — Bien non, je vais rester debout !

    Moderne — Bon ! Aye regarde l’heure ! Il est 6h05, on ne sera jamais là à temps !

    Olivier — Ça veut dire qu’on n’aura pas le temps d’aller chez Tim ça papa ?

    Moderne — Ben là Oli, tu mangeras une banane et un toast dans l’auto… tu avais juste à te dépêcher tout à l’heure !

    Olivier — Gnàààààà je le savais !

    Moderne — (Nuage)… ALLEZ, manteaux et hop dans l’auto ! Et attachez vos tuques parce qu’il fait un froid de canard !

    Alex — Un calard papàa ?

    Olivier — Heu papa… j’ai oublié d’aller faire pipi !

    Moderne —Tu me niaises là ? Ça a pris quinze minutes à t’habiller pour la partie…

    Olivier — Mais je ne pourrai pas me retenir !

    Moderne — (Nuage)….

    18février 2016
    blog_shape
    En pot ou en fleurs, NOUS ne devrions jamais compter sur les enfants pour entretenir le recomposé.

    La vie recomposée peut-être essoufflante pour tout le monde. Mais en tant qu’homme moderne, c’est aussi notre responsabilité de veiller à ce que l’être aimé ne s’enlise pas dans le surmenage. Il faut parfois témoigner qu’on est à l’écoute ! Voir même marquer cette écoute par une ou des petites attentions !

    Olivier – On va où papààaa ?

    Alexandre – On va ti pas à la nouvelle maison papàAaa ?

    Moderne – On va acheter des fleurs et une plante !

    Olivier – Des fleurs et une plante ?

    Alexandre – Hein, planter des fleurs ?

    Moderne – Oui des fleurs et une plante pour les gens que nous aimons !

    Olivier – Et on aime qui nous ?

    Moderne – Ben là Olivier, Ringuette et Bill !

    Olivier – Faqu’il faut leu s’acheter des fleurs ?

    Moderne – Alors…, nous devons leur acheter des fleurs qu’on dit Olivier (dans ma tête : oups je viens de dire « on»)! C’est quoi là, « faque » et « leu » dans la même phrase… ce n’est pas des mots ça !

    Alexandre – Faque !

    Olivier – Alors on doit leur acheter des fleurs qu’on dit ?

    Moderne – Non c’est moi qui dit « qu’on dit » (dans ma tête : Merde j’ai encore dit « on ») !

    Olivier – Qu’on dit quoi ?

    Moderne – Arghhhh laisse faire ! On va acheter des fleurs c’est tout !

    Olivier – Parce qu’on l’aime «Ringuette» pis «Bill» ?

    Moderne – Parce que nous l’aimons « Ringuette ET Bill » Olivier ! « On », ça exclut toujours la personne qui parle (dans ma tête : Ahhhh voilà qui est mieux et bien dit) !

    Alexandre – On l’aime tu « Ringuette » papàaa ?

    Olivier – C’est qui qui exclue on ?

    Moderne – ( Dans ma tête : Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh!!!!! )

    Olivier – Ça veut dire quoi exclu ?

    ***Disjonction cérébrale imminente !***

    En arrivant chez le fleuriste.

    Moderne – Bon les gars, vous allez m’attendre dans l’auto (full pas moderne, je sais) ça va prendre quelques minutes.

    Olivier – Ok

    Alexandre – K

    Olivier – Est-ce que je peux avoir ton Iphone ?

    Moderne – Non !

    Olivier – Gnàààààà !

    Moderne – Et en passant, nous achetons des fleurs parce que « Ringuette », est très fatiguée c’est temps-ci. Parce que nous avons une chance incroyable de former une famille avec « Ringuette » et parce qu’il faut lui témoigner notre affection par une attention !

    Olivier – Une attention à quoi ?

    Moderne – (Nuage)… Et la plante c’est pour notre petit Bill qui est très malade en ce moment !

    Alexandre – Faut faire attention à Bill papàaa ?

    Moderne – NOOOOON faut pas faire attention à Bill !! Faut lui donner une plante en cadeau parce que la plante c’est synonyme de vie… et qu’on veut lui dire qu’on aime ça quand il est en forme !

    Olivier – « Nous » tu veux dire hein papàaa ? Par qu’« on » ne veut pas l’excluer Bill !

    Moderne – ??!!

    ***Sentiment de vide intellectuel***

    10 minutes plus tard en ouvrant la porte de l’auto…

    Olivier – ( En criant ) Ahhhh enlève tes botes de su moé !!

    Alexandre – AYYYYYE !! PapÀaaaaaa Olivier y allête pas de…

    Moderne – CHUUUUUUT!! Ça va faire là ! Bon, tiens Olivier, toi tu tiens les fleurs, et toi Alexandre tu tiens la plante ! Et fait attention Alexandre ! Tiens-la bien !

    Olivier – Sont pas si belles les fleurs !

    Moderne – Comment ça ?

    Olivier – Bien elles n’ont pas de couleurs !

    Moderne –C’est voulu Oli, «Elle» elle aime ça le blanc et le vert !

    En route…

    Olivier – La plante ça va le guérir Bill ?

    Moderne – Mais non Olivier ! C’est pour lui témoigner notre affection! Et lui souhaiter «Prompt rétablissement» ! D’ailleurs Alexandre quand tu vas lui remettre la plante tu vas lui souhaiter ça : «Prompt rétablissement» !

    Olivier – Pron rétablissement ?

    Alexandre - Bon yétalisment ?

    Moderne – Moderne – Prompt !

    Alexandre – Blont ?

    Moderne – Prompt !

    Olivier – Papaaaa ça veut dire quoi Pron ?

    Moderne – Prompt comme dans promptement !

    Alexandre – Plontablissement ?

    Olivier – Ça veut dire quoi promptement ?

    Moderne – Ça veut dire rapidement ! Comme dans « que tu guérisses rapidement » !

    Olivier – Bien pourquoi on dit pas ça comme ça simplement ?

    Moderne – « On » ne dit pas ça « On » Olivier ! Et puis, nous disons « Prompt rétablissement » parce que c’est comme ça que ça se dit ! Voilà !

    Olivier – Ben plus facile de dire simplement « Guéris »

    Moderne – (Nuage…) Bon Alex, on pratique le « Prompt rétablissement » ?

    Alexandre – Non !

    Moderne – Pourquoi ?

    Alexandre – Pas capable !

    Olivier – On dit pas « On » Papa !

    Moderne – (Nuage…) Ben voyons Alex ! Allez ! Prompt rétablissement !

    Alexandre – Plon téblissement !

    Moderne – Prompt !

    Alexandre – Plon

    Moderne – Rétablissement !

    Alexandre –Yétablement !

    Moderne –Rétablissement Alex !

    Alexandre – (faible r)éta bissement !

    Moderne –Presque, allez encore !

    Alexandre – Yétablement !

    Olivier –Noooon… Rétablissement !

    Alexandre –L -rrr- éta bissement !

    Moderne –Bon… au complet maintenant ! Prompt rétablissement !

    Alexandre – Plon téblissement !

    Moderne – Bon, l’important c’est d’essayer ! Tu vas t’en rappeler Alex !

    Alexandre – Oui !

    En arrivant à la maison…

    Moderne – Bon, on y va les gars ?

    Olivier – Ok

    Alexandre – K

    Moderne – N’échappez pas les fleurs et la plante là !

    En entrant…

    Moderne – Alloooo !

    Olivier – Allooo !

    Alexandre – Alloo !

    Ringuette – Allo !

    Bill – …

    Pock que fait le bruit de la plante qui tombe par terre !

    Moderne –Aleeeeeex ! (En constatant le pot qui vole en éclat et la terre mouillée qui se repend partout dans le portique…) ! Oliiiii ! (En constatant que ce dernier laisse tomber par terre les fleurs pour essayer de ramasser le pot de plante cassée). Ne lance pas les fleurs par terre !

    Olivier – Ben ce n’est pas moi ! C’est Alex qui ne fait pas attention !

    Moderne – Mais oui mais... Arghhh, tassez-vous là ! Merde, faites attention vos botes sont mouillées ! Restez sur le tapis d’entrée !

    Ringuette – Qu’est-ce qui se passe là encore ?

    Moderne – Rien... laisse faire ! (Nuage…) !

    17février 2016
    blog_shape
    Entre les rêves et l'effort pour y arriver, la raison doit figurer !

    Moderne - Et puis la journée !

    Olivier - Cool !

    Moderne - Cool ? Mais qu’est-ce que tu as fait ?

    Olivier - Ah oui, on a fait des courses aujourd’hui à l’école en éducation physique ! Pis je suis arrivé premier !

    Moderne - C’est vrai ?

    Olivier - Oui, attends j’ai fait un 500 mètres en 8 secondes !

    Moderne - (Nuage…) Un 500 mètres en 8 secondes !

    Olivier - Ouin c’est ça ! Noon, attends c’était un 100 mètres !

    Moderne - Tu as fait un 100 mètres en 8 secondes !

    Olivier - Ben je pense que c’était un 100 mètres !

    Moderne - Oli ?

    Olivier - Quoi ?

    Moderne - Tu sais, chose binouche comment il s’appelle déjà… Bolt ! Tsé le grand noir de Jamaïque qui est champion du monde là ?

    Olivier - Usain Bolt ?

    Moderne - Oui c’est ça, Usain Bolt ! Ben figure toi que lui il ne fait même pas le 100 mètres en 8 secondes… son record c’est genre 9,60 secondes !

    Olivier - Hein ?! Ça veut dire que je suis plus vite que lui ça ?

    Moderne - (Nuage…) Non… Ça veut surtout dire que tu n’as pas couru un 100 mètres !

    Olivier - Ben c’était quoi alors ?

    Moderne - Probablement un 50 mètres !

    Olivier - Ah oui, c’est ça, un 50 mètres !

    Moderne - Donc, en 1 minute là, on est passé de super héros style Flash Gordon Laz, qui fait le 500 mètres en 8 secondes, à un champion olympique qui sans stéroïde se farcit un 100 mètres en 8 secondes, pour terminer en un nobody de l’école du Petit bonheur qui fait du 8 secondes sur un 50 mètres !

    Olivier - C’est qui ça « Nobody » ?

    Moderne - Laisse faire !

    Olivier - C’est quoi ça des stéroïdes ?

    Moderne - Des genres de médicaments qui altèrent ton métabolisme et te rendent plus fort et plus rapide (Et sexuellement moins performant) !

    Olivier - C’est vrai ?

    Moderne - Beh oui !

    Olivier - Comme la potion magique ?

    Moderne - Genre !

    Olivier - Pis on peut prendre ça où ?

    Moderne - Nulle part, c’est interdit, dangereux et c’est pour les tricheurs !

    Olivier - Mais les athlètes eux, ils en prennent de ça ?

    Moderne - Beaucoup, oui !

    Olivier - Et les joueurs de hockey ?

    Moderne - Aussi, en cachette… mais on les tests et si on les attrape leur carrière est finie !

    Olivier - Je ne comprends pas !

    Moderne - Qu’est-ce que tu ne comprends pas ?

    Olivier - Ben ils n’ont pas le droit d’en prendre, mais ils en prennent, on les tests, pis leur carrière se termine… c’est bizarre !

    Moderne - Olivier, les stéroïdes c’est comme l’alcool pis les autres drogues ! Tu n’as pas besoin de ça pour t’amuser !

    Olivier - Pis Sydney Crosby, il en a pris lui des stéroïdes ?

    Moderne - Probablement pas !

    Olivier - Alors comment il a fait pour devenir bon ?

    Moderne - En pratiquant 8 heures par jour Olivier ! Exactement l'effort que je te dis que ça prend si tu rêves de devenir un joueur de hockey... tsé c'est pas en te croyant bon que tu réalises tes rêves dans la vie !

    Olivier - Pfff… de toute façon ce n’est pas grave ! Si je ne deviens pas un joueur de hockey je serai un joueur de soccer c’est tout !

    Moderne - (Nuage…) !

    17février 2016
    blog_shape
    Il y a des journées comme ça ou les rôles semblent inversés

    Il est 6h25 et l’alarme sort Moderne d’un rêve chocolaté. C’est le premier matin « (re)monoparanté » dans notre nouvelle demeure. Que réserve ce matin du début des Temps troubles… au fond de l’incommensurable variabilité de la progéniture de Moderne ?

    Étant plus proche de l’école et n’ayant plus à pousser les enfants dans une course effrénée… j’en profite pour me farcir quelques exercices.

    6h35 venu, je prends la décision non sans appréhension, d’ouvrir les rideaux du plus jeune. Deux yeux s’ouvrent… et un large sourire s’affiche !

    Alex- Papaààà !

    Moderne- Bon matin Alex !

    Alex- Supel cool mon nouveau lit ! C’est tu une belle joulnée que nous allons avoil ?

    Moderne-!!!

    ***Interruption cérébrale inopinée!***

    Moderne - Surement Alex ! Alors comment a été ta première nuit dans ta nouvelle maison ?

    Alex-Tlès bien… melci papa !

    Moderne - Mon Dieu, Alex, tu es dans de bonnes dispositions ce matin !

    Alex - Des bonnes discussions ?

    Moderne - Dispositions !

    Alex - Dipostiions, hein c’est quoi ça ?

    Moderne - Non non rien, oublie ça ! Tes vêtements sont sur ta commode allez hop on s’habille !

    Alex - Dac !

    Enjoué par cette bonne humeur contagieuse, je me dirige vers la chambre du plus grand, qui dans son nouveau lit double, fait l’étoile annonçant que l’adolescence n’est peut-être pas si loin !

    À peine dans la chambre que de beaux yeux bleus me regardent affectueusement !

    Olivier- Al-lo !

    Moderne - Bon matin Oli !

    Olivier - Ça va toi papa ce matin !

    Moderne - Très bien et toi !

    Olivier - Oui, j’ai tellement bien dormi !

    Moderne - !!!

    ***Seconde interruption cérébrale inopinée !***

    Olivier - Je mets quoi ce matin ?

    Moderne - Tes vêtements sont sur le bac à jouets !

    Olivier - Super, je m’habille !

    Moderne - Très bien… (plus fort) Dites les gars vous voulez manger quoi ce matin ?

    Olivier - Céréales et yogourt !

    Alex - Moi aussi yogourt et céréales… !

    Moderne - !!!

    Bon c’est moi là où il y a quelque chose que j’ai pas pigé… peut-être que les gars ont pris des pilules ? Pourtant j’ai pas de pilules… c’est peut-être le coin… pourtant Beloeil c’est tout comme McMasterville… il ne faudrait quand même pas que je prenne des toc Ésomachinchouette là…

    Moderne - Bon, les gars voilà vos bols, votre jus d’orange… pendant ce temps je prends ma douche ! Tardez pas là ! Il faut pas être en retard à l’école…

    Olivier - Parfait papa !

    Alex - Ok !

    Quelques coups de savon et de push push plus tard… la stupeur frappe Moderne une nouvelle fois… Dans la cuisine, c’est du jamais vu… le comptoir est sans miette ou tâches… les bols sont lavés… les verres rincés… et les enfants se dirigent eux-mêmes vers la salle de bain pour leur brossage de dents.

    Moderne en perd ses repères…

    Moderne - Oli, tu as pris ton agenda ?

    Olivier - Oui papa il est dans mon sac !

    Moderne - Vos boites à lunch sont-elles près de la porte ?

    Olivier - Oui !

    Alex - Ouais !

    Moderne - Ta mite de baseball Olivier, tu ne l’as pas oublié ?

    Olivier - Elle est déjà dans mon sac papa !

    Alex - Papààà ?

    Moderne - Oui Alex… ?

    Alex - J’ai lamassé tes bas qui tlaînaient dans le salon, sont dans ton panier à linge sale si tu les cherches !

    Moderne -…

    Quelques instants plus tard !

    Moderne - Bon on est Go les gars ?

    Olivier - Oui

    Alex - Ouais !

    Olivier - Papa… tu as oublié la lumière de la salle de bain !

    Moderne - C’est vrai ça, merci Oli !

    Olivier - Ton Lunch tu l’as ?

    Moderne - Ah merde j’allais l’oublier !

    Alex - Allez papa… on va être en retald !

    Moderne - (Nuage…)!

    17février 2016
    blog_shape
    Des fois vaut mieux passer GO que de chercher à expliquer les choses !

    Alex - Papaaaàa ?

    Moderne - Oui Alex !

    Alex- C’est tu bientôt mon Hockey ?

    Moderne - Samedi Alex ! Samedi matin !

    Alex - Ahh ok ! C’est demain ça ?

    Moderne - Non Alex on est lundi là ! C’est en fin de semaine Samedi !

    Alex - Ahh ok ! Pis c’est tu bientôt la fin de semaine ?

    Moderne - (Nuage…) Aleeex ! On est lundi là… tu devrais savoir que la fin de semaine c’est dans 5 jours !

    Alex -5 jours ! Mais combien de dodo ?

    Moderne - (Nuage…) Aleeeex ! S’il y a 5 jours… combien de dodo penses-tu qu’il y a ?

    Alex - Heuuu… trois ?

    Moderne - (Nuage…) Alex ! Ça ne va pas là !

    Alex - Mais c’est quand samedi là ? Moi j’ai hâte à mon hockey !

    Moderne - Alex, coup donc, tu as cinq ans toi ! Il me semble que les jours de la semaine tu devrais les connaître non ?

    Alex -…

    Moderne - Dis-moi donc les jours de la semaine pour voir si tu les connais ?

    Alex - Là là ?

    Moderne - Oui là là !

    Alex - Heuuu, Lundi…, Mecledi…

    Moderne -MeRRRRcredi… il te manque mardi là… continue…

    Alex - MecLLLLedi…

    Moderne -Tu l’as déjà dit ça… après c’est quoi ?

    Alex - Heuuu… Mardi… ?

    Moderne - (Nuage…) Bon visiblement tu ne les connais pas pantoute ! Écoute, Il y a 7 jours dans une semaine !

    Alex - Ok… 7 jours !

    Moderne - 5 jours où nous travaillons ou allons à l’école et 2 jours ou nous nous reposons et faisons diverses activités !

    Alex - Ok… Il y a des semaines de 7 jours, des semaines de 5 jours et des semaines de 2 jours !

    Moderne - Nooooooon… Une semaine c’est 7 jours, 5 jours d’école et 2 jours de repos !

    Alex - …

    Moderne - Bon, la semaine commence le lundi…

    Alex - Le lundi…

    Moderne - Puis il y a mardi, mercredi, jeudi, vendredi… et après on tombe dans la fin de semaine et il y a le samedi et le dimanche ! Allez vas-y dis-moi les jours de la semaine !

    Alex - Mecledi…

    Moderne - Alexxxx !

    Alex - Quoiiii !

    Moderne - La semaine commence par quel jour ?

    Alex -Heuuu ? Mecledi !?

    Moderne - On dit MeRRRRcredi… Sauf qu’elle ne commence pas pantoute par le mercredi ! Elle commence par le lundi !

    Alex - Lundi !

    Moderne - Après ?

    Alex - Mecledi ?

    Moderne - On dit MeRRRRcredi… mais après c’est mardi par mercredi !

    Alex - Mardi !

    Moderne - Et après ?

    Alex - Heuuuu…

    Moderne - Aleeeex t’arrête pas de le dire depuis tantôt !

    Alex - Lundi !

    Moderne - (Nuage…) Nooooooooooon c’est MERCREDI ! Bon yenne c’est pas compliqué… Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi… Allez répète après moi ! Lundi…

    Alex - Lundi…

    Moderne -Mardi…

    Alex - Mardi…

    Moderne -Mercredi…

    Alex - Mecledi…

    Moderne -MeRRRRcredi…

    Alex - Me (presque r) cledi…

    Moderne - Jeudi…

    Alex - Jeudi…

    Moderne - Vendredi…

    Alex - Vendledi…

    Moderne - Bon tu vois !

    Alex - Oui mais papaààa ?

    Moderne -Quoi ?

    Alex - Pouquoi il y a deux mecledi dans la semaine ?

    Moderne - (Dans ma tête – ARGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH) On recommence… lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi… Puis pour la fin de semaine c’est samedi et dimanche ! Allez, à toi !

    Alex - Heuuu… Heuuu…

    Moderne - Alex, arrête de réfléchir pis vas y !

    Alex - …(timidement) meclediiii… euhhh

    Moderne - (Ouragan…) Laisse faire Alex… Laisse faire ok là !

    Alex - (Gros boudin…) Oui mais c’est quand mon hockey ?

    Moderne - Samedi !

    Alex - Donc c’est dans la deuxième semaine ça !

    Moderne - (Sarcastique…) Non c’est l’année prochaine !

    17février 2016
    blog_shape
    2 ou 3 petites choses pour une ex c'est souvent un fleuve pour l'homme moderne...

    ***Dring Dring***

    Ringuette – Allo ! Oui, un instant s’il vous plait ! Tiens, c’est pour toi !

    Moderne – (Tout bas ) C’est qui ?

    Ringuette – Ton ancien «quart de famille» !

    Moderne – Allo !

    L’autre quart de famille – Allo, ça va ?

    Moderne – Oui ! Toi ?

    L’autre quart de famille – Oui ! Écoute, il y a deux ou trois petites choses que je voulais regarder avec toi !

    Moderne – (Dans ma tête : Hummm, ça va être long !) J’écoute…

    L’autre quart de famille – (1) Bon, Je voulais te demander si Alex avait le nez bouché chez toi ?

    Moderne – Heuu… Non ! Pourquoi ?

    L’autre quart de famille – Parce qu’ici il est souvent congestionné !

    Moderne – Ah bon…

    L’autre quart de famille– (2) Ok, Oli va avoir besoin d’un nouveau manteau !

    Moderne – Ok… j’en ai vu en spécial chez Sports Experts !

    L’autre quart de famille– (3) Bien, je vais regarder ça ! Je me demandais aussi s’il serait possible que nous rééquilibrions le linge, je manque un peu de pantalons là, ils doivent être chez vous !

    Moderne – Ok je vais regarder ça…

    L’autre quart de famille – (4) Aurais-tu par hasard le «kangouroo» de Flash McQueen à Alexandre ?

    Moderne –?? Non, jamais vu ça !

    L’autre quart de famille – (5) Il faudrait qu’on planifie la semaine de relâche, je pensais garder les enfants mercredi, jeudi et vendredi et peut-être impliquer mes parents… Toi qu’est-ce que tu as prévu de ton côté ?

    Moderne – Heuuu… Je ne sais pas là ? Je vais regarder ça ?

    L’autre quart de famille – (6) Penses-tu les faire garder par ta mère ?

    Moderne – (Nuage…) ! Heuuu… Je sais pas trop là, faudrait que je lui parle !

    L’autre quart de famille – Ok parce que c’est mes enfants quand même, et j’aimerais ça savoir ce qu’ils vont faire de leur moitié de semaine de relâche ! (7) Penses-tu prendre congé ?

    Moderne – Heuuu… Je ne sais pas encore, je vais évaluer ça !

    L’autre quart de famille – Parce que ça arrive vite !

    Moderne –Hummm…

    L’autre quart de famille– (8) Sinon, il faudrait penser faire le passeport d’Alexandre, j’aimerais peut-être ça amener les gars en voyages cet été !

    Moderne – Ouais, faudrait…

    L’autre quart de famille– (9) Ça serait pas bête de commencer à planifier les vacances de cet été tsé ! L’année dernière c’était compliqué et je ne pense pas (ré)embaucher une gardienne !

    Moderne – (Gros nuage…) ! Humm oui, faudrait faire ça !

    L’autre quart de famille – (10) Les amis d’Oli vont tous au camp de jour, alors je pense que je vais l’inscrire !

    Moderne – Ah ouin… faudrait évaluer ça (Dans ma tête : cauchemar en vue) !

    L’autre quart de famille– (11) Dis moi, tu mets encore la crème sur l’impétigo d’Olivier ?

    Moderne – Ben non, il est sur antibiotique, ce n’est donc pas nécessaire !

    L’autre quart de famille – C’est parce que moi je pense qu’il faudrait encore en mettre !

    Moderne – Ok… je vais en mettre d’autre !

    L’autre quart de famille – (12) As-tu des nouvelles pour l’inscription d’Olivier au Soccer ?

    Moderne – Non, comme tu sais celle d’Alex est faite, mais comme on s’est entendu pour qu’Oli joue dans ton coin, je n’ai pas rien vu passer à ce sujet !

    Ringuette – (En me regardant bizarrement) Tout va bien ?

    Moderne –Oui oui (les yeux au plafond) !

    L’autre quart de famille – Hein ? Oui quoi ?

    Moderne – Non rien… Bon c’est tout il y a d’autres choses ?

    L’autre quart de famille – Ben oui, mais bon, vu ton degré de réceptivité je vais t’envoyer un courriel détaillé !

    Moderne – (Nuage…) ! Ok, je regarderai ça !

    L’autre quart de famille – Bonne soirée !

    Moderne –Ok, ciao !

    ***Click***

    Ringuette – Qu’est-ce qui avait ?

    Moderne –Bof, rien de capital !

    Ringuette – Ça ben d’lair compliqué vos affaires !

    Moderne – (Nuage…) ! Tu trouves ?

    17février 2016
    blog_shape
    Y a pas de raisins sans pépins!

    Profiter d’un moment de détente en lisant un article scientifique sur l’intervention Israélienne au Liban pendant que son plus grand joue aux chevaliers et son plus petit se promène, fesses à l’air, dans ce qui se veut une ultime tentative afin d’intégrer le concept d’être propre !

    Olivier — Papaaa ?

    Moderne — Quoi ?

    Olivier — Qu’est-ce que tu lis ?

    Moderne — Un article sur l’intervention Israélienne au Liban.

    Olivier —Et c’est qui Raël ?

    Moderne — Raël ? Raël c’est un cinglé qui fait croire aux gens que nous avons été créé en laboratoire par des extraterrestres ! Mais je n’ai pas dit Raël, j’ai dit Israël ! C’est un pays qui malheureusement est pris dans une logique de guerre !

    Olivier —Et c’est quoi l’invention d’Isarel ?

    Moderne — Hein ? L’invention ? Ahhh pas l’invention, l’intervention… in-ter-ven-tion ! Comme dans intervenir !

    Olivier —Pis, il a interventionné quoi ?

    Moderne — Les Israéliens, parce que c’est comme ça que nous les appelons, ils sont intervenus au Liban il y a quelques années de façon préemptive afin d’empêcher que certains groupes qui s’y cachent les attaques ! L’opération militaire s’appelait « les raisins de la colère » !

    Olivier — (Rire) « Les raisins de la colère », c’est drôle ça !

    Moderne — Tu trouves ? Tu es probablement le seul à trouver ça drôle ! Il y a beaucoup de gens qui y sont morts ! Parlant de raisins… sur la table de la cuisine il y a un gros sac de raisins secs, pourrais-tu le fermer s’il te plait et le ranger dans l’armoire. Ça serait très gentil de ta part ! Demain, je vais en mettre dans ton lunch !

    Olivier — Nooon papa ! J’aime pas ça les raisins secs !

    Moderne — Comment tu n’aimes pas ça ?

    Olivier —Bien j’aime pas ça c’est tout !

    Moderne — Tous les enfants aiment les raisins secs !

    Olivier — Sauf moi !

    Moderne — Comment peux-tu autant aimer les raisins et puis ne pas aimer les raisins secs ?

    Olivier — Ben là ! C’est sûr que je n’aime pas ça ! Ils sont secs !

    Moderne — ?!?

    Olivier — C’est comme quand tu ne me donnes pas une tranche de pain ou un biscuit, pis que tu les jettes parce qu’ils sont secs et que tu dis qu’ils sont plus bons !

    Moderne — (Nuage)… Mais Oli, les raisins secs… ils sont séchés justement pour leur donner ce goût et cette texture !

    Olivier — Ben là ! Je suis sûr qu’ils prennent les vieux raisins que personne ne veut pour faire leurs raisins secs dégueux !

    Moderne — Ben voyons ! (J’avoue que je n’y avais pas pensé à celle-là !)

    Olivier — Pis, en plus, petit comme ils sont comment veux-tu que j’enlève les pépins ?

    Moderne — Mais il n’y a pas de pépins dans les raisins secs ! Ce sont des raisins sans pépins !

    Olivier — Comment peux-tu le savoir ? Ils sont tellement petits que ça prendrait un micosclope pour vérifier qu’il n’y en a pas ! Moi j’ai pas envie qu’un « raisainier » me pousse dans le ventre !

    Moderne — Un raisainier ?!? Qu’il pousse dans ton ventre ? Bon, premièrement on dit une vigne et deuxièmement, s’il y avait des pépins et que tu les avalais, il ne pousserait pas pour autant dans ton ventre ! Et en passant on dit mi-cro-scope, pas micloscope !

    Olivier — Comment ça ? Ça ne prend pas de l’uditidé et de la noirceur pour pousser un vinier ?

    Moderne — Vi-gne ! Hu-mi-di-té ! Oui, une graine de plante ça lui prend de l’humidité et de la noirceur et aussi généralement, de la terre ! Mais dans ton estomac c’est trop acide pour que ça pousse !

    Olivier — Acide ? Estomac ? Moi je te parle de mon ventre et puis ça prend pas absolument de la terre parce qu’à l’école on a fait pousser des pépins de pomme dans de la ouate, de l’eau et de la noirceur !

    Moderne — Oli ! Tu penses qu’il est où ton estomac ? Dans tes jambes ? Bon, ça tourne en rond cette discussion, ramasse le sac et range le s'il te plait !

    Olivier — Oui oui…

    Une heure plus tard !

    Constater que le sac de raisins secs n’a pas été ramassé et que le contenu est tout renversé sur la table de la cuisine !

    Moderne — Oliiiiiiii !?

    Olivier — Quoiiiiii ?!

    Moderne — Je ne t’avais pas demandé de ramasser le sac de raisins secs ?

    Olivier — Oups ! J’ai oublié…

    Moderne — Oliii peux-tu s’il te plait porter attention à ce que je te demande ?

    Olivier — D’accord… (vraiment pas de façon convaincante).

    Moderne — Bon, aide-moi à ramasser le tout !

    Olivier — O-Ohhhh papaa !?

    Moderne — Quoi ?

    Olivier — Regarde, il y en a dans le coin de la cuisine !

    Moderne — Bon…

    Olivier — Sous la table de l’ordi aussi…

    Moderne — Bon, tu vois… Ton frère en a mis partout parce que tu ne m’as pas écouté !

    Début de l’opération « Trouver les raisins de la colère »… qui se solde par une poignée de raisins entre les « craques » du divan, dans le panier de linge sale, dans la toilette, dans le Faucon millenium d’Olivier, sous le tapis, dans mes poches de manteau… bref un peu partout… l’opération fût longue et pénible… et ce, jusqu’à ce que j’en trouve également au milieu de la chambre des enfants… m’enfin c’est ce que je pensais…

    Moderne — (Dans ma tête) Encore… Vraiment, tu en as mis partout Alex ! Attends, c’est pas des raisins ça !! (Tout haut) ALEEEEEEEX ? (Snif snif) Ah, ben « Tabarnak » !!!! (Nuage nauséabond)…

    17février 2016
    blog_shape
    Pour en finir avec les excuses!

    Nettoyer la vaisselle du souper en s’assurant que le petit reste couché et que le plus grand se prépare pour ses devoirs.

    Moderne — Oliiii, sors tes cahiers de ton sac et viens t’asseoir pour faire tes devoirs s’il te plait.

    Olivier — …

    Alex — Papaaaaa ? (En me tirant le derrière de pantalon.)

    Moderne — Alex ? Qu’est-ce que tu fais debout toi ?

    Alex — (Tout sourire) Lait !?

    Moderne — Encore ? Franchement… c’est vraiment un prétexte pour ne pas dormir ça ! Tiens ! Allez, hop au lit… Et surtout t’avise pas de te relever !

    Alex — Meeci !

    Moderne — Oliii ? Je t’ai demandé de sortir tes cahiers de ton sac et de venir t’asseoir pour faire tes DE-VOIRS !

    Olivier — Oui oui…

    Moderne — Non non pas oui oui… Oui tout de suite et que ça saute sinon je me fâche !

    Olivier — T’es toujours fâché de toute façon !

    Moderne — Pardon ?

    Olivier — Non rien.

    Moderne — Qu'est-ce que tu as dit ?

    Olivier — Rien…

    Moderne — Pourquoi t’es pas encore assis à faire tes devoirs ?

    Olivier — Je ne sais pas moi…

    Moderne — Je vais te le dire pourquoi moi ! Parce que tu ne m’écoutes pas !

    Olivier — Mais papa… C’est que je ne trouve pas mon sac (en regardant partout sauf devant lui, où le sac est bien visible).

    Moderne — Tu ne vas pas me dire que c'est ton frère qui l'a caché non !?

    En parlant du fafaron…

    Alex — Papàààà ?

    Moderne — ??? Ehhh c’est une joke Alex ? J’ai dit DO-DO !

    Alex — Yuuuus !

    Moderne — Mais t’as eu deux verres de lait et il est 8h00 là !

    Alex — Pasque soiiiif !

    Moderne — Arrête-moi ça Alex et file au lit et que ça saute ! (En constatant qu’Olivier est de retour dans le bac de figurines de Star Wars !) Oli !! Là tu me pompes grave ! Prends ton sac, tes cahiers et assieds-toi à la table… Ça fait trois fois que je le dis, c’est assez !

    Olivier — Mais papaaa !

    Moderne — Non… pas de mais… pas de papaaaa. Go tout de suite !

    Olivier — Mais papaaa !

    Moderne — OLIVIER !

    Olivier — Mais papaaa j’essaye juste de te dire quelque chose… tu ne me laisses pas parler (en commençant un autre légendaire pleurnichage.)

    Moderne — Quoi, qu’est-ce que tu veux me dire… à part « mais », « parce que » ou me donner toutes les raisons de l’univers ?

    Olivier — Mais papaaaa, j’attendais juste que tu finisses avec Alex pour ne pas te couper la parole !

    Moderne — Ouais, maudite bonne raison pour ne pas faire ce que je t’ai demandé trois fois…

    Olivier — Oui mais…

    Moderne — Ok, assez les « mais » pour ce soir. Va t’asseoir pour faire tes leçons (en m’apercevant par la fenêtre de la porte qu’Alex est debout et nous regarde) ! J’arrive dès que je trouve un moyen sûr que l’autre fanfaron reste bien dans son lit.



    Quelques minutes après le début des devoirs… Olivier — Papaaaa ?

    Moderne — Quoi ?

    Olivier — Qu’est-ce que tu fais ?

    Moderne — J’écris une lettre.

    Olivier — À qui ?

    Moderne — Tu ne le connais pas.

    Olivier — Pourquoi ?

    Moderne — Pourquoi tu ne le connais pas ou pourquoi j’écris la lettre ?

    Olivier — Pourquoi tu écris la lettre ?

    Moderne — Ce sont mes affaires ça Oli !

    Olivier — Pourquoi tu ne le connais pas ?

    Moderne — (Nuage)…

    Lettre à Mesmer

    Bonjour Monsieur Mesmer,

    Vous ne me connaissez pas, mais je suis un de vos admirateurs ! J’ai vu à la télévision l’autre soir qu’il vous est possible, par exemple, d’enlever un chiffre de la mémoire de quelqu’un ! Sûrement qu’il vous serait possible de faire de même avec des mots !

    Voyez-vous, comme beaucoup de parents au Québec et ailleurs, je vis quelques situations frustrantes avec deux enfants qui font une utilisation excessive du « pourquoi », du « mais » et du « parce que ». Je me demandais si nous pourrions, ensemble, vous offrir une somme d’argent suffisante pour louer vos services afin d’effacer ces « maudits » mots de la mémoire et du vocabulaire de nos enfants !

    Vous remerciant sincèrement,

    Moderne

    PS : Souvent nos enfants utilisent également le « oui » avant ou après le « mais »… Serait-il alors possible de s’assurer que le « oui » reste, quant à lui, bien dans le lexique… peut-être même en double, voire en triple pour stimuler son utilisation ?!

    17février 2016
    blog_shape
    La découverte que rien n’est moins planifiable qu’une matinée monoparentale avec deux gamins…

    Sandwich check, petites carottes check, jus check, pomme check, banane pour la collation check, barre tendre sans noix check… Vêtements du petit prêts pour le lendemain comprenant bas, pantalon, couche-culotte, t-shirt, pull de laine check… Vêtements du plus grand prêts pour le lendemain comprenant bas, pantalon, slip, t-shirt, pull de laine check… Sac de garderie mis contre la porte et prêt pour le départ check… Sac d’école mis contre la porte et prêt pour le départ check… Bottes, tuques, mitaines, cache-cous, manteaux et pantalons de neige facilement accessibles check… Bols pour les céréales et verres pour le jus déjà sur la table afin d’accélérer le petit déjeuner check,… Clés d’auto, téléphone et portefeuille visibles sur le comptoir check… Heure de fin de la mission : 22h37… heure planifiée du réveil sur le cadran : 6h55… Niveau de satisfaction de cette première vraie journée monoparentale : Extrême… Niveau de planification pour la prochaine matinée monoparentale : Maximal…

    « Moderne you are GO for a safe sleep ! »

    *** Sons soudain en arrière-plan qui dérangent mon paisible sommeil ***

    Olivier — Alllex prends pas ma boîte de jus ! C’est pour mon lunch !

    Alex —Lunce… Oui lunce !

    Olivier — Prends du jus dans la grosse bouteille à la place !

    Alex — A glosse boutelle ?

    Constater qu’il n’est que 6h10 du matin ! Entendre le son d’un liquide qui se déverse sur le plancher ! Se lever du mauvais pied pour ne pas dire en bougonnant !

    Moderne — (En descendant les escaliers) Je peux savoir ce que vous faites debout à cette heure ?

    Olivier — Ben quoi ? On se prépare pour la journée ! J’ai de l’école moi aujourd’hui tsé !

    Alex — PapaaAaaa y prépare pas l’école y prépare la gardenie chez Pascalou ! Moi beau dodo !! Tsé !

    Moderne — Heuuu st’une joke là… il est 6h10 du matin ? Même le laitier dort encore !

    Olivier — C’est qui le laitier ?

    Moderne — Laisse-faire Oli ! Câlaille, j’te dis que vous êtes de bonne heure sur le piton vous (tout en me faisant la remarque que c’est déjà Game over, impossible de les recoucher). Bon… laissez-moi me faire un café, je vais vous faire manger après.

    Olivier — Papaaaa, on peut-tu mettre les bonhommes à la télé ?

    Alex — Ouiiii bonhomme papa !

    Moderne — Oli, même les bonhommes ils dorment à cette heure !

    Olivier — ??

    Mettre soudainement les pieds dans une mare de… Nonnn je rêve ! Une mare de jus !

    Moderne — Heuuu… c’est quoi là le jus par terre ?

    Olivier — Hein ah, c’est Alex ça !

    Moderne — Pis toi tu le laisses par terre ?

    Olivier — Bein là ! C’est pas moi c’est Alex !

    Alex — Hein ?

    Moderne — (Nuage)…

    Olivier — Papaaaa ?

    Moderne — Quoi ?

    Olivier — Quand est-ce que nous allons chez maman ?

    Moderne — Samedi… Heuuu Oli ? C’est quoi la pomme à moitié mangée sous la table là ?

    Olivier — C’est pas moi, c’est Alex !

    Alex — Hein ?

    Moderne — Pis toi je te gage que tu l’as laissée là parce que c’était Alex je suppose ?

    Olivier — Non non je savais même pas qu’elle était là.

    Moderne — Ouais ouais c’est ça !

    Olivier — Aye ! Je te le jure papa !

    Moderne — (Nuage)…

    Alex — PapaAaaa ?

    Moderne — Quoi ?

    Alex — Y va ti y aller la machcotte des centres d’achats ?

    Moderne — Hein Quoi ?!

    Olivier — Il demande s’il va y avoir une mascotte au centre d’achats ?

    Moderne — Hein ?! Au centre d’achats ? Une mascotte ? Wow j’hallucine !

    Olivier — Franchement papa… une mascotte… il veut dire le Père Noël !

    Moderne — (Dans ma tête : Vite vite du café… ) Té rendu comme ta mère toi ? Tu décodes tout !

    *** Quelques dizaines de minutes et disputes plus tard***

    Moderne — Oliiii ? J’avais mis ton lunch sur la première tablette du frigo ! Il ne reste plus que ton sandwich ! Je peux savoir où est le reste ?

    Olivier — C’est Alex ça papaaa !

    Moderne — (chuchotant) Câlisse !

    ***7h34***

    Moderne — Oliiii ? J’avais mis ma clé d’auto et mon portefeuille sur le comptoir tu ne les aurais pas vus par hasard ?

    Olivier — Nonnnn ! Ça doit être Alex !

    Moderne — (Nuage)… Aleeeeeeex ? Tu as mis où mon portefeuille et les clés d’auto ?

    Alex — Ahhh ! Viens papaaAa y va tlouver ensemble !

    L’homme moderne — (Dans ma tête : Non non nonnnnnn !) Oliiii, viens donc nous aider à les trouver !

    Olivier — Gnaàaaaaaa, je peux jamais être tranquille moi dans cette vie là !!

    Moderne — (Dans ma tête : Non c’est pas vrai que c’est ça la monoparentalité… ostie ça se loues-tu une mère pour partager le fardeau ?)

    *** 7h37 ***

    Moderne — Ostie… c’est pas vrai !! (besoin de café, cigarettes, Scotch, Ativan !)

    *** 7h42 ***

    Moderne — Alex, j’te jure que si je t’attrape à jouer encore avec les choses de papa, ça va mal se passer !

    Alex — Hein ?

    *** 7h56 ***

    Moderne — Bon ben fuck off esti… s’il faut, on va partir à pied !

    Olivier — Gnaaàààaaa ben là papaaaa, ça veut dire qu’on va être en retard ça (début imminent de pleurnichage) !

    Moderne — (Nuage…) Ben aide moi donc au lieu de faire le piquet !

    *** 8h01 ***

    Clés et portefeuille trouvés au fond du bac à recyclage !

    Moderne — Bon envoyé les gars et que ça saute !!! QUOIIII ! Pis vous allez me dire que vous n'êtes pas habillés en plus ?

    Réaliser que j’avais largement surestimé mes aptitudes de gestion matinale… Au risque de me répéter… (Nuage…)

     
    17février 2016
    blog_shape
    Comme quoi il faut toujours se fier au plan d’origine : Mouille, frotte, rince, sort

    L’heure du bain au quotidien… encore plus masculin que ça ne l’était !
    Toujours moins d’eau, toujours moins de mousse et toujours 10 minutes « top chrono » (comprenant même un 5 minutes de jeux dans l’eau alors que je ramasse la vaisselle, les mille et une miettes et les dégoulinades tout autour de la table )!

    Olivier — Ayyyye c’est mon bonhomme Alex… donnnnnne !

    Alex — Noooooooooon! Yé mon bonhomme à moiiiii !

    Olivier — DONNNNE !

    Alex — NOOOOOOOON ! YÉTAPOULI À MOI AHHHHHHHHH !

    Olivier — AHHHHH ALLLLLLLEX (splash) !

    Alex — NOOOOONNN (Splouch) !

    Olivier — ARGHHHHHH (splash) !

    Alex : -OUIIIIIIIIIIINNNNN…

    Monter l’escalier deux marches à la fois en prenant bien soin de se « péter » le petit orteil !

    Moderne — HEY HOOOOO… On se calme le pompon là !

    Olivier : — Papa il veut pas me donner mon bonhomme… DONNNE ALEXXX !

    Alex : — (Splouch) AHIIIIIIIIIIIII !!! (Pleurs)…

    Olivier : - DONNNNNNNNNNNNE !

    Moderne — ASSSSSSEZ… J’AI DIT ASSEZ !

    Silence soudain des deux petits monstres.

    Ils me regardent l’air incrédule avec une certaine foudre dans les yeux…

    Olivier — Papaaaa… Pourquoi tu nous cries toujours dessus ?

    Alex — Mé(c)hant papaàaa !

    Moderne — !!?? Moi je vous crie dessus ? Woooo… là c’est vous qui criez comme des orang outans ! Et tout ça pour un Playmobil pas de tête en plus !

    Olivier — Ben là ! C’est normal de se chicaner entre frères ! Pis ARRÊTE DE ME TRAITER D’ORANG OUTAN OK LÀ !

    Alex — Mé(c)hant papa !

    Moderne — AYE le grand… surveille ton langage là ! Ne t’avise plus de me crier dessus une autre fois d’accord !

    Olivier — Gnàààààà, c’est toi qui me cries dessus !

    Alex — Mé(c)hant papa !

    L’homme moderne — Bon j’en ai assez entendu… Allez hop, on sort du bain !

    Olivier — Nooooon papa… Ok, nous n’allons plus crier… tiens Alex prends la tête du playmobil moi je garde le corps !

    Alex — Hééé hééé (tout sourire).

    Moderne — (Dans ma tête : C’est moi là… ou c’est normal que je me sente comme dans un hôpital psychiatrique ?) Bon, deux minutes max, pas de cris, pas de pleurs, pas d’eau hors du bain ! Compris ?

    Olivier — Compris !

    Alex — Compii oui !

    Sortir les pyjamas, regarder ses courriels sur le Ipad, se verser un petit Coca… Et entendre les enfants rire dans le bain… Prendre le risque, absolument contre l’éthique parentale, de descendre à la salle de lavage et de mettre la « brassée » au séchage… sentir une goutte d’eau me tomber sur la nuque… hummm… puis une autre ! Regarder au plafond !

    Moderne — Nooooon ! Ta – bar – nak !

    Olivier : — (Venant d’en haut) NOOOOOOON ALEX... ARRÊTE… PAPÀÀÀÀÀ !?!

    Alex — (Rires)

    Moderne — (Dans ma tête : Et merde, ne me dis pas qu’Alex verse encore de l’eau hors du bain !) OLIIIIIIII ? (En remontant à la course) ALEXXX, Il FAIT QUOI LÀ ?

    Olivier — PAPAAAAAAAAA… ALEX IL VERSE L’EAU DU BAIN PAR TERRE ! DONNNNNE MOI LE POT ALEX !

    Alex — NOOOOOOOON AHHHHGHHHHH !

    Moderne — ALLLLLEX !

    Olivier — ALLLLLEX !

    Silence soudain des deux petits monstres qui regardent, l’air incrédule, mon arrivée militaire dans la salle de bain… Avec joie, je décèle une certaine peur dans leurs yeux… peur qui évidemment n’est que bien trop temporaire ! Constater avec effroi la quantité d’eau hors du bain… que la bouteille de shampoing au grand complet est, elle aussi, vidée hors du bain et, qu’en plus, une boite de kleenex gît là, au milieu du nouveau Lac Supérieur de la salle de bain... comme une épave pourrie…

    Avoir une soudaine et incroyable envie de crier… crier fort… tellement fort…

    Olivier — Papa ? C’est pas moi hein je te le promets !

    Alex — Pas moi papàaaa !

    Moderne — (Dans ma tête : Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!!)

    Olivier — Euh ca va papa ?

    Alex — Ça va papàaaa (Avec une petite face pleine de compassion) ?

    Moderne — (Nuage)…

    17février 2016
    blog_shape
    Méli-mélo de modernité, bisous et fesses… oufff compliqué tout ça !

    Voir son fils, avant de rentrer à la maison, faire une belle accolade à son ami et lui donner un bec sur la… !!! Sur la bouche !!!

    Moderne — (Intérieurement, extérieurement et simultanément se dire : Non, noooon Oli, pas la bouche !!!) Oliiiiiiiiiiii !?!

    Olivier — Quoi ?

      Moderne — C’est beau là… en fait… c’est bien correct que… j’veux dire… c’est ok de faire des câlins à ses amis mais bon, les « becs » là… surtout sur la bouche… ben en tout cas, à Alexis, c’est comme… j’veux dire, généralement, tu fais ça, j’veux dire tu fais pas ça… sauf que… ben pas vraiment à ton âge, mais… généralement…

    Olivier — ???

      Moderne — Ce que je veux dire, c’est que c’est important que tu… Arrrrgh…

    Olivier — ???

      Moderne — Je recommence. Ce que je veux dire, c’est que tu dois respecter la bulle de l’autre. Et les bisous là, tu réserves ça, disons pour les filles, en tout cas normalement. Ben pas vraiment normalement, mais… Ah pis merde ! (Intérieurement se faire une note qu’aujourd’hui il faut plus vraiment dire ça… mais tsé quoi ? Je le dis anyway).

    Olivier — ?!? Aye papa c’est pas beau dire merde !

    Moderne — Je sais Oli… Je m’excuse mais dis-moi, tu m’as compris ?

    Olivier — ??? Alors les bisous, j’garde ça pour mes amis qui sont des filles ?

      Moderne — Ehhh oui c’est mieux ! (Se demander si j’appartiens à la modernité là).

    Olivier — Ahhhhhhhhh c’est plate !

      Moderne — Comment ça c’est plate ?

    Olivier — Ben… mes amis c’est plus des gars que des filles ça fait que, j’peux pas vraiment donner de becs !

    Moderne — (Dans ma tête, wow, ça dérape solide là) Écoute, je voulais dire que, disons que tu gardes ça… pour ton amoureuse –E- !

    Olivier — Donc les bisous je garde ça pour Léonie ?

    Moderne — Parce que Léonie c’est encore ton amoureuse ? Pourtant tu ne l’as pas vue depuis le mois de juin ? Je pensais que Julia était ton amoureuse maintenant ?

    Olivier — Non Julia, je me la garde en réserve… au cas où Léonie c’est plus mon amoureuse ! Moderne — !?!

    Olivier — Julia voulait être mon amoureuse mais je lui ai dit que Léonie… Ben… je préfère ses yeux à elle ! Léonie elle a les yeux bleus… alors comme Julia elle a juste les yeux bruns… je lui ai dit que je suis d’accord pour qu’elle soit ma numéro deux !

      Moderne — ?!!? Olivvvierrrrr ! On ne dit jamais à une femme qu’on préfère une autre ! On ne dit pas non plus à une femme qu’on préfère les yeux d’une autre. Pas plus qu’elle est grosse ou qu’elle a de grosses fesses comme tu l'as dit de la grosse madame l’autre jour au centre d’achat !

    Olivier — Pourquoi toi tu dis qu’elle est grosse alors ? Pis en plus, la madame là, elle avait vraiment des grosses fesses… Il faut être franc dans la vie papa !

      Moderne — (Nuage) En amour, Olivier… Y’a pas de numéro un, deux ou trois… y’a que des numéros un !

    Olivier — Donc elles peuvent toutes être mes blondes les filles ?

    Moderne — Noooonnn je veux dire qu’on ne peut avoir qu'une seule blonde !

    Olivier — Alors les autres sont en réserve comme des numéros deux et trois et quatre ?

    Moderne — (Nuage)…

    Olivier — Maman… je peux lui dire à elle qu’elle à des grosses fesses ?

    Moderne — Surtout pas !!! (Intérieurement me dire qu’en tous les cas s’il dit ça, c’est à ses risques et périls !)

    Olivier — Oui mais maman elle le dit elle-même qu’elle a des grosses fesses !

    Moderne — Oli… Il arrive que les femmes se fassent ce genre de remarque. Je pense que c’est important pour les femmes de SE sentir belle et des fois, elles SE disent qu’elles ont de grosses fesses pour SE motiver à être plus belle… ou je ne sais pas moi… pour faire de l’exercice tiens. C’est tout ! Mais elles n’ont pas vraiment de grosses fesses et puis les fesses Oli, c’est comme les yeux bleus… Y’a pas que ça qui compte !

    Olivier — ?!?

      Moderne — Allez, va te laver les mains… Nous parlerons de tout ça une autre fois ! (Intérieurement se souhaiter que ce ne sera pas avant une dizaine d’années !) Tu sais Oli, les fesses, c’est un sujet bien délicat !

    Olivier — Ok… En tous les cas, moi j’trouve que la femme que tu trouvais grosse l’autre jour, bien… elle avait vraiment de grosses fesses… des fesses d’éléphant… Je la mettrais même pas numéro dix de mes blondes !

    Moderne — (Intérieurement : sauvez-moi quelqu’un !!!!)

    16février 2016
    blog_shape
    Quand tu as besoin d’un traducteur pour comprendre ton p’tit!

    Alex — Pa-PâpaAaa ?

    Moderne — (Soupir…) Oui Alexandre ?

    Alex — Ta-matagnata lâå !

    Moderne — Hein ?!?

    Alex — Ta-magnatala-tàa !

      Moderne — Heee ?!? Le toutou ?

    Alex — (Plaintif) Noooooo-onnnn ! (Pointant la télé avec un téléphone attrapé au passage) Ta-matagnata lâå Âla-tagna !

      Moderne — S’cuse-moi Alex mais j’ai vraiment aucune idée de quoi tu parles.

    L’autre quart de famille — (De façon un peu stridente…) Franchement, Moderne !

    Moderne — Quoi, qu’est-ce qu’il y a là ?

    L’autre quart de famille — (De façon encore plus aiguë) Il me semble que c’est clair !!!

    Moderne — Heuuuu !?

    L’autre quart de famille — Il veut que tu lui mettes à la télé la vidéo d’Hakuna Matata, celui du Roi Lion !

    Moderne — La vidéo d’Hakuna Matata ?!? Ben oui toi ! Regarde donc ça, je me demande bien comment ça je ne me suis pas rendu compte que c’est ça qu’il voulait dire ! (Se dire intérieurement que les gènes méditerranéens tentent de prendre le dessus sur ceux du Québec et qu'ils barbouillent le développement du langage du petit).

    Alex — Pa-paPâ ahhh ?

    Moderne — Ouiii Alexandre. Écoute Hakuna Matata là ! Papa il est occupé là…

    Alex — PapA Aoa

      Moderne — (Impatience démontrée ouvertement…) Quooooi ?

    Alex — TÈèèè !

      Moderne — Tè ?

    Alex — TèÈèèè !

    Moderne — Ayoye. C’est moi là ou bedon, j’capote ?

    L’autre quart de famille — (Trop aigu et avec toute la gamme existante entre fa dièse et si bémol) Du laiiiit. Il veut du lait !!

    Moderne — Ahhhh… Du lait !!!! Ben voyons !!! Où avais-je la tête !! Pourtant c’était tellement clair ! (Se faire intérieurement la bonne vieille blague que ça doit être la masturbation qui rend sourd). Bon tu veux du lait mon Alex. Tiens mon grand, voilà.

    Alex — (Avec un gros sourire) TèÈèèèè !

    Moderne — (Nuage)…

    16février 2016
    blog_shape
    Je plie, tu plies, il déplie…

    À force de passer et repasser devant les sept paniers de linge à plier, la culpabilité a tôt fait de s’installer. Il est vrai que ce n’est pas la corvée que j’entreprends le plus souvent. Hélas, je ne suis pas le plieur de vos rêves…

    Toutefois, ayant le cœur gros comme Jupiter je ne peux que me résigner à entreprendre cette corvée de bon cœur (m’enfin, le bon cœur, là… c’est surtout pour bien paraître !).

    Je n’ai pas commencé que déjà une réflexion m’envahit… Comment en arrive-t-on, en une semaine, à en avoir autant à plier ? Non, sérieux… sept paniers qui débordent pour quatre personnes !!! Ils faisaient quoi les gens en 1900 ? Moi je suis sûr qu’ils ne se salissaient pas sinon les ménagères devaient toutes avoir des carrures est-allemandes étant donné l’aspect manuel des machines à laver qu’elles possédaient et la quantité incommensurable de rejetons qu’elles avaient !

    Commencer à plier le tout. Naturellement en se demandant par quel panier débuter ? Celui des enfants ? Ils passeront toujours en premier… Alors, allons-y, sauf qu’à peine les mains dans le panier et je me vois déjà tout plein d’interrogations : « Qu’est-ce qui appartient à qui ? ». C’est que le grand de six ans n’est finalement pas si grand que ça… Et que le petit, bien, il a malheureusement hérité de l’essentiel des vêtements que le grand a porté. Dès lors, les souvenirs mêlent la donne et je dois, une fois sur deux me résoudre à vérifier l’étiquette pour être bien certain que je divise le tout correctement ! Et puis les bas eux ? Ils n’ont pas d’étiquettes ! Hummm pas full évident ! Pragmatique que je suis, je commence par me chercher une surface plate où je pourrai étaler ce qui me semble être le magasin Simmons au grand complet. Un lit ferait bien l’affaire, mais à défaut d’en avoir un véritable au sous-sol (parce que je n’ai que le divan qui trop souvent fait office de débarras), je me résigne à utiliser le plancher. Et c’est un départ…

    Bon… est-ce que c’est moi le problème là ou le linge d’enfant ce n’est simplement pas jojo à plier ?! C’est que c’est tellement petit qu’on dirait que ce n’est pas assez grand pour être plié. Une visite à la commode du plus petit afin de voir comment « l’autre quart de famille » a plié ces petits bouts de vêtements. Résoudre l’énigme… c’est définitivement moi le problème. Dès lors, je m’applique un peu plus sur ma grande surface à faire des piles de linge qui se déplient toutes seules. Et puis merde… Je me rends compte que de prendre le plancher comme surface de travail quand tu as un chat, c’est disons, comment dirais-je… pas ce qu’il y a de plus hygiénique. Furtif, je continue comme si de rien n’était. Ce chat, de toute façon, il se couche partout. Il est donc parfaitement vraisemblable qu’il se soit couché dans les paniers ce qui expliquerait tout aussi parfaitement les poils trois couleurs qui s’accrochent à tous les vêtements !

    Le linge, moi, je trouve que ça se plie devant la télé (qu’est ce que j’en sais ?). Alors bien assis par terre, je me démarre un de ces épisodes de Californication qui m’absorbe et me fait réaliser que ma vie manque sérieusement de piquant… en tout cas en ce moment précis ! Toutefois, un homme sera toujours un homme et même le plus rose des hommes n’aura jamais cette capacité multi-task si propre à elles, les femmes… Le second épisode commence déjà et le linge d’enfant n’est toujours pas plié…

    À la mi-saison de Californication, j’arrive finalement aux paniers de son linge à « elle ». Oufff ! Là je vais avoir besoin d’aide. Je veux dire, le linge d’homme, tsé, c’est « drette » pis ça se tient tout seul. Mais le linge de femme !!! Ouf… Ça a plein de petits « boutes » partout, des « tigidis » et des froufrous, pis en plus c’est fragile cette « guenille » là et tu voudrais le plier bien, bien droit ?!? On dirait que ce n’est même pas fait pour être plié ! Découragé, je me dis, sans trop d’espoir, qu’Internet pourrait être la solution. À peine l’idée absorbée par mon esprit que j’en suis gêné ! You Tube ? Noooooon… Je ne vais tout de même pas commencer à me taper des vidéos sur You Tube à propos du linge à plier. Et que dire de ma surprise en constatant justement qu'il y en a des dizaines de ces vidéos… Wow ! L’Internet c’est vraiment « Le » fourre-tout par excellence, mais juste un exemple fera l’affaire :

    1 : « Boutonnez entièrement la chemise ».

    Moderne — Bon, ça n’est pas une chemise, mais on va faire semblant.

    2 : « Posez la chemise à plat, face contre terre et entièrement dépliée. Lissez du plat de la main les faux-plis ».

    Moderne — Woooooo ! Lissez du plat de la main les faux-plis ? Attendez, je vais y aller mot par mot. Lissez. Lissez ? Du plat de la main (ok ça je comprends). Les faux-plis ? Mais, c’est quoi là, des plis il y en a des vrais et des faux ?

    3 : « Attrapez un magazine et placez-le sur la chemise, sous la ligne inférieure du col, c’est-à-dire exactement au milieu de la largeur de la chemise ».

    Moderne — Vraiment !?! Attrapez un magazine et placez-le sur la chemise. Attrapez un magazine ??? C’est parce que je n’ai jamais vu personne utiliser un magazine pour plier du linge ! Et si mes souvenirs sont bons, je pliais mon linge à l’armée et ce, sans magazine. Bon, passons…

    4 : « Pliez le côté droit de la blouse contre la bordure droite du magazine. La manche est alors parallèle à la largeur du magazine. Repliez-la sur elle-même afin qu’elle ne dépasse pas du magazine. Faites la même chose avec le côté gauche ».

    Moderne — Là là, je capote !!! Le côté droit de la blouse contre la bordure droite du magazine ? Bon, j’avoue, j’essaye. Le National Geographic fera l’affaire. Le côté droit de la blouse contre la bordure droite du magazine. Mouiiii, faites la même chose avec le côté gauche ! Ok, jusqu’ici tout va bien !

    5 : « Repliez ensuite le bas de la chemise en deux aussi près que possible du magazine et une troisième fois par-dessus le magazine. Marquez bien les plis du plat de la main et dépliez le bas de la chemise pour ôter le magazine. Puis repliez le bas de la chemise dans les plis que vous venez de marquer».

    Moderne — Attendez là, j’hallucine. Je relis : « A-Repliez ensuite le bas de la chemise en deux aussi près que possible du magazine ». OK, et « B- une troisième fois par-dessus le magazine ». Mouinnn. « C- Marquez bien les plis du plat de la main ». Marquez bien les plis du plat de la main ?!? Criss, un crayon-feutre ça vas-tu assez les marquer les osties de câlisse de plis ?! « D- dépliez le bas de la blouse pour ôter le magazine ». Plie, déplie. Ils me niaisent vraiment là. Finalement, « E- repliez le bas de la chemise dans les plis que vous venez de marquer ». Donc, cette partie-là… Se fait en (cinq) étapes et nécessite un magazine que tu dois attraper au vol et un crayon-feutre qui n’est pas fourni dans les explications. Pour moi là, celui qui a inventé le pliage, il est dans la même criss de famille qu’IKÉA !

    Et vient le tour des strings ?!? Ehhhh, existerait-il aussi une démarche pour ça sur Internet ? Noooon, je ne vais pas me rendre là me dis-je avec un tout plein d’ego en faisant une balle dans ma main avec le tas de strings que je fourre bien au fond du panier.

    Un après-midi plus tard, je savoure enfin la fin du pliage ! Je m’en vais de ce pas à l’extérieur me fumer la cigarette du siècle ne me doutant guère que la fin du monde me guette !

    Tout fier de moi je rentre dans la maison pour constater, avec désarroi, qu’Alex me regarde tout sourire d’avoir défait, en cinq minutes seulement, le fruit d’un après-midi de travail !

    Alex — Pa-PâpaaAaaaa ?!!

    Moderne — (Nuage)…

    16février 2016
    blog_shape
    Un exemple de plus que l’homme n’a pas d’aptitudes « multi-task »

    Me voilà avec ce plan, pour faire un poulet à la moutarde un pâté chinois en multi task. Comme pour pousser un peu plus ma luck, tout cela s’accomplit (tente de s’accomplir dis-je) en même temps que je rédige cette description budgétaire pour le projet que j’amorce en Tanzanie et au Mozambique, alors que je n’ai vraiment aucune idée du coût de la vie là-bas, ni même des devises qu’on y utilise !

    Regarder l’heure (15 h 40) et me dire qu’il reste une heure à la sieste du petit. Vaut mieux se magner ! Chercher le thym et ne pas le trouver.

    Sacrer délicatement pour ne pas réveiller le petit !

    Chercher l’épluche-patate.

    Sacrer un peu moins délicatement après avoir constaté que celui-ci devrait être dans le premier, deuxième, non, j’oubliais… dans le troisième tiroir qui évidemment est rempli de ces vieux couteaux mal effilés et qui ne servent plus !

    Respirer profondément.

    Se rendre compte que le four n’est pas allumé et que se faisant, le poulet ne cuit pas ! Évaluer à nouveau le temps de cuisson. S’apercevoir que le tout va être bien, bien juste ! Prendre une autre respiration et opter pour cette cigarette qui t’attend à l’extérieur alors qu’il fait - 12 Celsius.

    Fumer tout en réfléchissant à son budget et se rendre compte qu’on y a oublié quelque chose de capital ! Rentrer dans la maison en coup de vent devant le temps et les idées qui filent avec en tête cette correction à effectuer. Fermer la porte trop bruyamment et entendre le petit qui se réveille…

    Sacrer intérieurement !

    Après une hésitation, décider de le laisser jaser dans son lit. Se remettre à la recherche de l’épluche-patate. Constater que le lave-vaisselle n’est pas vidé et que l’épluche-patate y est !

    Sacrer royalement !

    Être pris de remord et de culpabilité en entendant le petit crier de son lit.

    Alex — Mamaaaàan… PapAàaaaa !

      Abandonner la corvée de patate pour aller chercher le petit, constater que la couche a débordé, que les draps et le petit sont, encore, détrempés ! Changer le petit, mettre les draps au lavage…

    Alex — Suche !  suche !

    (Nuage)… Chercher la suce. Ne pas trouver la suce. Ne pas comprendre où elle est puisqu’elle était dans la chambre avec le petit et qu’après la partie de « cherche-cherche » à quatre pattes, elle n’y est vraisemblablement plus !

    Sacrer en anglais !

    Avoir envie d’une autre cigarette. Penser à regarder dans le tapon de draps tout plein de pipi que tu viens de mettre au lavage. La suce !!! La remettre au petit après un très (mais très bref) passage à l’eau.

    Retourner à la cuisine. Ne plus trouver l’épluche-patate.

    Sacrer en Arabe !

    Chercher l’épluche-patate.

    Alex — PapàAaaaa, PapàAaaaa ! Yus …Yus !

    Moderne — Non-non Alex ! Pas de jus ! De l’eau ça va mais pas de jus!

    Alex — NoOOOon pas yoooo ! Yuuuuus !

    Faire fi des demandes manipulatrices et des réactions disproportionnées du petit. Identifier l’épluche-patate dans la main gauche du petit. Arracher l’épluche-patate des mains du petit. Avoir une grosse goutte de sueur sur le bord de la tempe. Mettre le DVD de Caillou et acheter quelques minutes. Éplucher les câlisse de tabarnak de patates…

    Alex — PapPàAaaaa ? Bicuit ! Bicuit !

    Moderne — Non Alex, pas de biscuit… des raisins si tu veux mais pas de biscuit !

    Couper les raisins en deux et les donner au petit. Les voir voler aux quatre coins du salon en guise de protestation. Regarder le tout incrédule. Prendre la décision de les laisser par terre et se remettre aux ciboires de patates tout en jetant un coup d’œil au petit qui finalement, cueille ses raisins et les mange avec les vielles miettes du salon tout en regardant Caillou attentivement. Se sentir coupable de placer un enfant de deux ans devant la télé. Chercher l’ouvre-boîte. Ne pas trouver l’ouvre-boîte !

    Moderne — (Nuage)… !

    16février 2016
    blog_shape
    Quand ton univers matinal s’effondre !



    Ouvrir les yeux et se rendre compte qu’il ne reste que dix-sept minutes avant que le réveil matin ne s’époumone.

    Se lever doucement et filer vers la cuisine sur la pointe des pieds… avant que les autres ne se réveillent et ainsi profiter des derniers moments de la quiétude nocturne en sirotant tranquillement son café.

    Accrocher au passage le train Fisher Price qui traîne toujours au mauvais endroit démarrant du même coup le putain de « pon–pon, tchu-tchu » dont le volume ne se règle pas.

    Entendre une suce tomber du lit !

    Anticiper, les orteils croisés, les pleurs du petit.

    Compter dans sa tête jusqu’à trois avant de plonger dans le cauchemar quotidien…

    Moderne — Un, deux, trois…

    Alex — OUINNNNNN !!!!

    Voir son univers matinal s’effondrer !

    Continuer son chemin en catimini vers la cafetière.

    Constater que le réservoir d’eau est vide.

    Entendre les pas du plus vieux s’amener vers la cuisine en râlant.

    Olivier — Papaaa ? J’ai pas envie d’aller à l’école ! Le service de garde c’est trop long… Pis en plus c’est pour les bébés !

      Respirer profondément. Sentir le besoin de nicotine et le plancher froid sous ses pieds.

    Entendre un…

    L’Autre quart de famille  — Moderne (au travers du tintamarre des pleurs du petit et des plaintes du plus grand). Le petit, il pleure là !!

    Moderne — (Dans ma tête) Noooon, sérieusement ?!?

      Ouvrir la porte de la chambre du petit.

    Alex — PapAaaaaaa ! (tout sourire)  Bicuiiiiiit !

    Moderne — Mais non Alex, pas de biscuit le matin !

    Constater que la maudite couche a encore débordé, que les draps sont encore mouillés et que ça sent la pisse à plein nez !

    Moderne — (Dans ma tête) Ayoye, c’est le Mannenken-Pis cet enfant ? Merde, c’est une couche numéro 6 pis il ne fait même pas le poids moyen des dimensions de la couche !

    Entendre le plus grand demander :

    Olivier — Papaaaa ? Ce matin j’aimerais des moitiés de bagel au beurre d’arachide, au fromage à la crème, au beurre tout court et à la confiture…

    Moderne — (Lever les yeux au plafond sans répondre)

    Courir après le plus jeune qui n’a plus de couche et qui, en plus, se marre de toi !

    Faire le tour du comptoir deux fois, apercevoir qu’il n’y a plus de bagel, attraper le petit tout en annonçant solennellement au plus vieux qu’il devra faire un autre choix de petit déjeuner.

    Tintamarre (prise deux) des pleurs du petit qui se débat dans mes bras et du plus vieux qui se plaint du fait qu’il n’y a plus ce dont il a envie, qu’il ne veut pas aller à l’école et qu’en plus le service de garde, « ben c’est plate parce que c’est pour les petits » (petite note : pour ceux qui ne le savent pas, le Olivier en question, bien il est en maternelle).

    Constater qu’on a oublié de remplir la pile de couches sur la table à langer.

    Penser à caller malade.

    Sentir l’amorce d’un mal de gorge.

    Entendre la sonnette de Skype qui annonce l’appel de son collègue qui est à Jérusalem et qui bien sûr, appelle une heure trop tôt.

    Sentir le chat se frotter sur mes jambes parce qu’il a faim.

    Se faire une note mentale que la prochaine fois que tu te réveilles trop tôt, vaux mieux rester couché et même feindre de ne pas entendre le cadran !

    (Nuage)…

    seprator

    Archives

    shape
    Les chroniques d'un homme moderne